Mon compte Devenir membre Newsletters

En 2010, le coût des défaillances diminue et la création d'entreprises commerciales reprend

Publié le par

En 2010, la baisse du nombre de défaillances d'entreprises se poursuit pour atteindre environ 4 % par rapport à 2009, selon le l'Observatoire des défaillances de Coface.

Sur l’année 2010, 61 749 entreprises ont été placées en redressement ou liquidation judiciaire, soit 4,2 % de moins qu’en 2009 mais 20 % de plus qu’en 2007, année hors crise. C'est ce qu'indiquent les résultats de l'Observatoire Coface publiés le 27 janvier. Les grandes entreprises et les PME connaissent aujourd’hui une importante décrue de leurs défaillances, respectivement de 22 % et 12 % entre 2009 et 2010. Ce résultat a un impact positif sur le coût des défaillances pour les entreprises fournisseurs (celles qui avaient consenti un crédit comme fournisseurs à la société en faillite) qui recule de 22 % en 2010, à 3,8 M d'euros contre 4,8 M d'euros en 2009.

Les fournisseurs

Malgré cette baisse sur un an, les fournisseurs restent les premières victimes des défaillances. La part de la dette fournisseurs dans le bilan des entreprises défaillantes représente 28,4 %, de 12 points supérieure à celle de la dette bancaire. 2010 a vu néanmoins l’écart entre les deux créanciers se réduire légèrement, puisqu’à fin 2009, la dette fournisseurs atteignait encore 32 % du passif contre déjà 16 % pour celle à la charge des banques.

La création de sociétés commerciales profite de l’essoufflement de l’auto-entreprenariat, sur l’ensemble de l’année

En 2010, l’ensemble des créations* progresse de 3 % en un an pour atteindre le nombre de 714 055. Les résultats de décembre dernier (+2,7 %) atténuent la baisse générale entamée en juin dernier. La catégorie "Entreprises" représente la majorité des créations, pesant pour 87 % de l’ensemble des établissements créés durant l’année. Après une explosion du nombre des entreprises individuelles (+112,3 %) et une baisse du nombre de sociétés commerciales (- 6,4 %) enregistrées un an auparavant, 2010 marque un retournement de tendance. L’essoufflement de l’auto-entreprenariat a profité à la création de sociétés commerciales, avec une croissance de 5,1 %.

« La baisse des défaillances des PME et des grandes entreprises présage d’un retour à un niveau de défaillances plus structurel, porté essentiellement par les TPE avec des conséquences financières et sociales moins lourdes, estime Jean-Yves Bajon, directeur général de Coface Services à l'occasion d'une présentation des chiffres à la presse. Le dernier trimestre 2010 s’est avéré difficile au regard de la création d’entreprises. En parallèle, la part des banques dans le passif des entreprises défaillantes stagne et est encore loin des niveaux d’avant crise. La prudence reste donc de mise », conclut-il.

Un bilan contrasté selon les secteurs d’activité

À l’image des résultats nationaux, la grande majorité des secteurs d’activité a connu un recul des défaillances en 2010, avec en tête les produits minéraux et chimie et les métaux dont la baisse a dépassé les 20 %. Seuls sept secteurs sur les 22 surveillés par Coface ont subi une augmentation du nombre de leurs défaillances, dont trois avec hausse supérieure à 10 % : la pharmacie, l’énergie et les télécommunications (respectivement +23,7 % ; 12,9 % et 12,8 %).

 

*La catégorie "Ensemble des créations" regroupe toutes les entités juridiques quelle que soit leur forme (entreprises, sociétés civiles, associations…) ayant déclaré, soit reprendre leur activité, soit la créer complètement. Sont considérées comme entreprises commerciales celles enregistrées sous le statut de société commerciale ou d’entreprise individuelle.