Mon compte Devenir membre Newsletters

Entrepreneur, un métier difficile, risqué et stigmatisé

Publié le par

Entreprendre est une entreprise difficile, qui n'est pas à la portée de tous, reconnaissent de concert chefs d'entreprise et salariés, selon l'étude menée par l'Association progrès du management (APM) et publiée le 28 mars 2013.

Entreprendre aujourd'hui rime avec difficultés, selon la majorité des chefs d'entreprise interrogés par OpinionWay pour l'APM (Association progrès du management), association patronale non militante. Mais aussi avec risque, charges, coûteux ou encore impossible (cf. ci-dessous le nuage des mots cités spontanément)...

Un ensemble de termes négatifs pour caractériser les difficultés tant conjoncturelles que structurelles que connaissent les entreprises aujourd'hui. Ce qui se traduit notamment par le fait qu'un dirigeant sur deux ne recommanderait pas la voie de l'entrepreneuriat à ses proches. L'échantillon de membres de l'APM interrogés s'avère plus positif, puisqu'ils seraient 85 % à encourager un proche à créer ou reprendre une entreprise.

Chef d'entreprise, un métier stigmatisé

Tous (chefs d'entreprise, membres ou non de l'APM, et salariés) s'accordent à dire que les responsabilités d'un dirigeant sont lourdes, que l'entrepreneuriat n'est pas à la portée de tous et que les pouvoirs publics ont trop tendance à stigmatiser les chefs d'entreprise.

Une différence de perception est néanmoins notable en ce qui concerne l'image du patronat. Si les salariés considèrent, à 64 %, que les chefs d'entreprise ont une mauvaise image en France, les membres de l'APM sont 86 % à le penser, alors que les chefs d'entreprise non membres de l'association ne sont que 59 % à le reconnaître.

Les entrepreneurs, des mal-aimés ? Pourtant, les salariés interrogés reconnaissent volontiers leur prise de risques et leur courage.

Les qualités d'un bon chef d'entreprise

Les dirigeants interrogés puisent leur motivation dans le développement de leur entreprise (à 52 %) et dans la création d'emplois (41 %). Alors qu'à leurs débuts, ils étaient plus motivés par l'indépendance. Tant aujourd'hui qu'hier, la perspective de fortes rémunérations n'est pas un moteur essentiel, cet item arrive même en dernier de la liste.

Les chefs d'entreprise considèrent que rigueur, ténacité et dynamisme sont des qualités essentielles pour bien diriger une entreprise. Un cocktail un brin différent pour les membres de l'APM qui mettent le dynamisme en premier, suivi du leadership et de la ténacité. Enfin, les salariés mettent plutôt en avant la créativité, la rigueur et le dynamisme.

Enfin, dernier enseignement de cette étude, mais non des moindres. Moins de 20 % des chefs d'entreprise se consacrent à préparer l'avenir, ils se focalisent sur le business (commercial et relation client), qui leur prend la plus grande partie de leur temps. Vient ensuite la gestion administrative et la production. Alors que les membres de l'APM se concentrent plutôt sur le management, le commercial également mais en deuxième position et à la stratégie de l'entreprise.

Méthodologie : trois échantillons : Échantillon de 304 chefs d’entreprise représentatif de l’ensemble des chefs d’entreprise français à l’exception des auto-entrepreneurs / Échantillon de 988 chefs d’entreprise adhérents de l’APM représentatif de l’ensemble des adhérents français / Échantillon de 1 015 salariés représentatif de l’ensemble des salariés français.
Publication des résultats de l'étude, le 28 mars 2013.