Mon compte Devenir membre Newsletters

Interview Évelyne Platnic-Cohen : "Lors du G20 Yes, le mot 'crise' n'a pas été prononcé une seule fois"

Publié le par

Faire reconnaître les entrepreneurs comme moteurs incontournables de l'économie mondiale, tel a été l'objectif du G20 Yes, qui a rassemblé, début novembre 2011 à Nice, près de 400 dirigeants du monde entier. Parmi eux : Évelyne Platnic-Cohen, dirigeante du centre de formation Booster Academy.

Evelyne Platnic-Cohen, en compagnie de Muhammad Yunus, Prix Nobel de la Paix

Evelyne Platnic-Cohen, en compagnie de Muhammad Yunus, Prix Nobel de la Paix

Chefdentreprise.com : En tant que chef d’entreprise, qu’attendiez-vous d’un tel événement ?
Evelyne Platnic-Cohen, dirigeante de Booster Academy : C'est un constat et les chiffres le prouvent : désormais, la croissance viendra des petites entreprises. Ce sont elles qui portent le dynamisme d’un pays, elles qui créent de l’emploi ou sont le moteur de l’innovation. Aussi, notre but à tous durant ce G20 Yes, qui intervient en prélude à la réunion du G20 entre chefs d’État, a été de doper l’entrepreneuriat. Nous nous sommes appuyés sur les résultats du baromètre d’Ernst & Young pour rédiger un document écrit, reprenant les différentes prérogatives de cette étude, comme la demande de nouvelles mesures pour encourager l'innovation. Ce document, nous l’avons transmis au G20 : c’est une manière de mettre en avant l’entrepreneuriat et de sensibiliser les plus grands de ce monde à sa défense.

Comment 400 participants, d’horizons très différents, ont trouvé un terrain d’entente ?
Le G20 Yes (Young entrepreneur summit) est une réunion extraordinaire. Les dirigeants présents ont entre 18 et 45 ans et tous ont cette même envie de promouvoir l’esprit d’entreprendre. Bien sûr, les problématiques sont différentes selon les pays. Le dirigeant indien, par exemple, rêverait d’une route goudronnée pour pouvoir mieux circuler. Mais il y a aussi un socle commun d’attentes, et ce quels que soient les pays. L’une d’entre elles : l’accès au financement, à toutes les étapes de vie d’une entreprise (qu’il s’agisse de sa création ou de son développement). A aussi été abordée la question de l’écosystème de l’entrepreneuriat (quelles sont les perspectives d’emplois d’un pays ?). Mais attention, nous n’étions pas là pour trouver des réponses précises, juste pour nous réunir lors de workshops et pour réfléchir tous ensemble à comment valoriser l’entrepreneuriat.

Au final, le G20 Yes a aussi été l'occasion, pour les petites entreprises, de manifester leur solidarité les unes envers les autres ?
Oui, il y a eu quelque de fort et de dynamique, porté par ces 400 voix. Le mot "crise" n’a pas été prononcé une seule fois durant ces trois jours ! Au contraire, il y a eu beaucoup de témoignages d’espoir, comme par exemple celui du Prix Nobel de la Paix, inventeur du microcrédit, Muhammad Yunus (en photo ci-contre). Mais si on ne devait retenir qu’un message, ce serait celui-là : pour nous, entrepreneurs, tout est possible. Les dirigeants français ne se rendent pas compte à quel point ils sont privilégiés. Essayez de créer une entreprise dans une région où, quand on ouvre un robinet, il n'y a pas une goutte d'eau. Tout est beaucoup plus facile pour nous : nous faisons partie de ces pays où il est possible de créer une entreprise sur Internet ! Alors arrêtons d’être aussi pessimistes.