Mon compte Devenir membre Newsletters

Présidentielle : L'intensification de la campagne bénéficie au candidat UMP

Publié le par

Sarkozy réélu avec 66 % des voix ! C'est le résultat d'un sondage de l'Ifop, réalisé auprès de patrons de TPE. Par rapport à la dernière vague de février, le président-candidat gagne dix points au premier tour, tandis que François Hollande en perd quatre.

Présidentielle : L'intensification de la campagne bénéficie au candidat UMP

Lorsqu’on interroge les patrons de TPE sur la force politique qu’ils souhaitent voir remporter l’élection présidentielle, la droite l’emporterait au second tour à 66 % (+ 6 points en un mois) contre François Hollande (34 %). À noter cependant qu’à un mois et demi du second tour, près d’un quart des interviewés ne se prononcent pas. C'est le résultat d'un sondage de l'Ifop, réalisé pour Fiducial entre le 12 et le 15 mars, auprès de 502 patrons de TPE.

Les intentions de vote au premier tour sont toujours, et de façon plus marquée encore qu’auparavant, en faveur de Nicolas Sarkozy. En effet, après son annonce officielle de candidature et le discours de Villepinte, le président sortant gagne dix points en un mois (44 % contre 34 % en février), alors que François Hollande en perd quatre (19 % contre 23 % en février). François Bayrou voit également son potentiel électoral baisser de trois points (16 % contre 19 % en février).

Les patrons de TPE sont majoritairement opposés (57 %) à la création d’une tranche d’imposition sur le revenu à 75 % pour les personnes gagnant plus d’un million d’euros, car elle inciterait les plus riches à quitter la France. Pour autant, 42 % pensent que cette mesure contribuera à une plus grande justice sociale, soit un niveau qui n’est pas négligeable.

Des réactions mitigées sur les mesures pour l’emploi proposées par les candidats

Les mesures jugées par les dirigeants de TPE comme étant les plus efficaces pour lutter contre le chômage sont : la proposition de l’UMP de porter à un million le nombre d’apprentis (85 % d’opinions favorables), suivie par la proposition du PS de créer un contrat de génération dans les entreprises (72 % y adhèrent).

Plus d’un dirigeant sur deux approuvent également la création de 150 000 emplois d’avenir pour faciliter l’insertion des jeunes (proposition du PS) ainsi que la mise en place d’un contrat de travail unique à durée indéterminée qui pourrait être interrompu avec des indemnités fixées à l’avance (53 % sont favorables à cette proposition du Modem).