Mon compte Devenir membre Newsletters

Les entreprises se mobilisent pour les victimes japonaises

Publié le par

La Fondation de France a ouvert un fonds permettant à tout un chacun de manifester sa solidarité avec la population japonaise. Une PME a promis de reverser une partie de son chiffre d'affaires.

La situation au Japon est plus que préoccupante, inutile de revenir sur ce point. En revanche, vous vous sentez concerné mais vous ne savez que faire... Cap Privilèges, comité d'entreprise pour les TPE et PME, a eu une idée : reverser 4 % du chiffre d'affaires de son entreprise durant une période de six mois à la Fondation de France*. « Notre action est certes petite comparée aux grands groupes tels que EDF, Google ou Apple, mais les TPE/PME sont aussi capables de se mobiliser, commente la PME par voie de presse. Habituellement, nous nous engageons pour défendre et valoriser le capital humain des TPE/PME françaises. Aujourd’hui, les valeurs du groupe nous font nous mobiliser pour aider la population locale. »

Si EDF et Areva sont logiquement sur le pont en affrétant un avion rempli d'acide borique et de matériel de protection, d'autres entreprises donnent l'exemple. Ainsi la PME Repetto, qui fabrique chaussures de luxe et accessoires de danse et qui réalise 10 % de son chiffre d'affaires au Japon, va lancer une ballerine dont les recettes seront versées aux aux associations d'aide aux victimes.

* Devant l’ampleur de la catastrophe survenue au Japon le vendredi 11 mars, la Fondation de France a ouvert un fonds permettant à tout un chacun de manifester sa solidarité avec la population japonaise. Les sommes collectées seront redistribuées aux associations japonaises qui viendront en aide aux sinistrés les plus fragilisés par la catastrophe, une fois les secours immédiats assurés. Fondation de France - Solidarité Japon - BP 22, 75008 Paris.