En ce moment En ce moment

Échaudés par la crise, les jeunes diplômés refusent de créer leur entreprise

Publié par le - mis à jour à
Échaudés par la crise, les jeunes diplômés refusent de créer leur entreprise

Créer son entreprise, oui, mais prendre des risques dans un contexte économique incertain, non. Les jeunes diplômés attendent des mesures plus concrètes du gouvernement pour oser se lancer dans l'entrepreneuriat.

  • Imprimer

Créer son entreprise, un rêve loin de devenir réalité ? Si 48 % des jeunes diplômés souhaitent monter leur propre business, seulement moins de 1% d’entre eux passent à l’acte. C’est le constat que met en avant le groupe de conseil Didaxis dans une enquête sur la motivation des jeunes à créer leur entreprise*. Ce qui stoppe ces derniers sur la route de l’entrepreneuriat ? La crise, qui fait unanimement peur, l’insécurité du contexte économique et la dissuasion de leur entourage. Par ailleurs, ils considèrent que la France n’a pas un environnement fiscal suffisamment incitatif : un étudiant sur quatre est même prêt à lancer une entreprise à l’étranger… sauf si la France se dote d’un régime qui leur permettrait de tenter leur chance sans prendre trop de risques. Ils sont 76 % à attendre de la part des politiques des mesures susceptibles de leur faciliter la tâche.

* Enquête réalisée auprès d'un échantillon de 984 étudiants entre 18 et 29 ans, du 1er au 30 juillet 2012.

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet

Création d'entreprise

Par Anne Sophie Panseri, présidente de Femmes Chefs d'Entreprises

On en parle beaucoup, de plus en plus... De nombreuses structures d'accompagnement, de financement, de conseil, inscrivent à leur programme [...]

Création d'entreprise

Par Amélie Moynot

Ils ont plus de cinquante ans et se sont lancés dans l'aventure start-up. Avantages, inconvénients, conseils... Trois dirigeants livrent leur [...]

Création d'entreprise
SPENDESK

Par SPENDESK via Marketme

Qu’elle en soit au niveau “seed” ou dépassant déjà les millions d’euros de chiffre d’affaires, une bonne startup pense toujours à sa scalabilité. [...]