Mon compte Devenir membre Newsletters

Les "pros" sont fiers de leur métier, mais anxieux face à la crise

Publié le par

Les "pros", c'est-à-dire les travailleurs indépendants et dirigeants de TPE, aiment leur métier, même si le contexte est difficile et angoissant… C'est ce qui ressort d'une enquête réalisée par l'Institut BVA pour Aviva, publiée le 28 novembre.

Les 'pros' sont fiers de leur métier, mais anxieux face à la crise

Les travailleurs indépendants et dirigeants de TPE aiment leur métier. C'est l'un des enseignements du baromètre du moral économique des Pros réalisé par l'institut BVA pour Aviva, et publié mercredi 28 novembre. Ainsi, quatre pros sur cinq pensent que leur image auprès du grand public est bonne. Ils estiment aussi que la qualité de leur travail est le premier critère de satisfaction de leurs clients (67 %), critère encore plus marqué chez les professionnels de la construction (84 %). De plus, trois pros sur cinq conseilleraient leur métier à un jeune. Ils sont même sept sur dix chez les professionnels de la santé et des services.

En revanche, les pros sont pessimistes (57 %) face à la situation économique de leur activité. C’est encore plus marqué pour les professionnels de l’industrie (74 %). Il faut dire que leurs résultats économiques ne sont pas bons. De fait, 44 % des personnes interrogées déclarent être en dessous de leurs prévisions pour 2012 et plus particulièrement les professionnels de l’automobile (67 %).

L’impact de la crise économique constitue donc la principale inquiétude des professionnels (32 %) concernant l’avenir de leur activité. Les professionnels du commerce sont les plus inquiets des conséquences de la crise (47 %). Les artisans, quant à eux, ont une forte appréhension concernant l’évolution de la fiscalité (23 %).

Méthodologie :

Enquête réalisée par l'institut BVA du 18 au 29 septembre 2012 auprès d'un échantillon de 806 travailleurs indépendants et de chefs d'entreprise employant moins de 10 salariés interrogés par téléphone. La représentativité de cet échantillon est assurée par la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes : secteur d'activité, taille de structure et statut juridique.