Mon compte Devenir membre Newsletters

Medef : Les 7 candidats à la succession de Laurence Parisot

Publié le par

Qui va prendre la tête du Medef en juillet prochain ? Sept candidats déclarés* sont en course pour devenir le patron des patrons : Patrick Bernasconi, Pierre Gattaz, Hervé Lambel, Thibault Lanxade, Geoffroy Roux de Bézieux, Frédéric Saint-Geours et Jean-Claude Volot. Présentation.

Medef : Les 7 candidats à la succession de Laurence Parisot

Voici les sept candidats, ayant fait acte de candidature au 9 avril 2013, présentés par ordre alphabétique. Ils nous livrent leurs projets pour le Medef et notamment les PME.

Patrick Bernasconi, 57 ans

- Fonctions actuelles : p-dg de l'entreprise de travaux publics Bernasconi, président de la Fédération nationale des travaux publics, membre du conseil exécutif (chef de file du Medef pour les négociations sociales).

- Son slogan : Partageons l'esprit d'entreprise.

Patrick Bernasconi, p-dg de Bernasconi TP

- Projets pour le Medef : " Mon projet, c'est la défense des entreprises avec une méthode : le dialogue social. Je veux un dialogue social mature et responsable qui permette de régler dans l'entreprise, par l'accord, des sujets comme l'organisation du travail et en particulier le temps de travail, plutôt que de tout renvoyer à la loi. Je veux aussi un Medef allégé, exemplaire, avec une rénovation des statuts (je propose un mandat de 4 ans renouvelable une seule fois) et un fonctionnement plus décentralisé, à l'image de ce que j'ai réalisé à la FNTP en rendant des moyens aux fédérations régionales. "

- Focus sur les PME : " Je donnerai la priorité au renforcement des PME en définissant une stratégie de filières nationales dans lesquelles la place des PME doit être reconnue et renforcée. Je suis favorable en particulier à une véritable association entre grands groupes et PME sous-traitantes qui doivent être consultées sur la stratégie et accompagnées dans leur développement de façon à leur permettre de monter en gamme et de gagner en valeur ajoutée.

Pour plus de renseignements : www.patrick-bernasconi.fr. Pour le suivre sur Twitter : @Bernasconi_P.


Pierre Gattaz, 53 ans

- Fonctions actuelles : président du directoire de Radiall, grande société internationale spécialisée dans la conception et la fabrication d'équipements électroniques; président du Groupe des Fédérations Industrielles (GFI), président de la Fédération des industries électriques, électroniques et de communication (FIEEC) et membre du conseil exécutif du Medef.

- Son slogan : Osons l'entreprise.

(c) Delphine Jouandeau

(c) Delphine Jouandeau

Pierre Gattaz, président du directoire de Radiall

- Projets pour le Medef : " Je veux un Medef de convictions et de combat qui lutte contre les idéologies et tient un discours de vérité sur l'état de notre société et les mesures à prendre. Un Medef de conquête, aussi, qui va bâtir une France qui gagne, finir de construire l'Europe et continuer à marquer des points dans le monde. Le syndicat doit parallèlement se recentrer sur les enjeux des entreprises, au premier rang desquels la compétitivité. Il faut en outre redonner leur fierté aux entrepreneurs qui sont les héros des temps modernes. Enfin, le Medef doit rassembler TPE, PME, ETI et grands groupes, salariés et dirigeants, mais aussi sphères publique et privée. "

- Focus sur les PME : " Doubler le nombre des ETI en France d'ici 2020, pour atteindre 9 000 ETI, voilà mon objectif. Pour cela, le Medef doit se concentrer sur les problèmes opérationnels de nos PME, les accompagner concrètement, mobiliser les grands groupes pour les aider à croître et à se projeter à l'international, travailler en filière pour identifier les opportunités et les nouveaux marchés, réponde aux problématiques de financement, simplifier un environnement réglementaire touffu, et un environnement fiscal dogmatique. "

Pour plus de renseignements : www.pierregattaz.fr. Pour le suivre sur Twitter : @PierreGattaz.


Hervé Lambel, 47 ans

- Fonctions actuelles : gérant de la TPE HLDC, une société de production audiovisuelle et de spectacles vivants, président de l'association d'entrepreneurs Créateurs d'emplois et de richesse de France (Cerf), élu prud'homal depuis 2008 au titre du Cerf et adhérent au Medef.

- Son mot-clé : l'innovative Democracy.

- Projets pour le Medef : " Première organisation patronale représentative sur le papier, le Medef doit le devenir pour les patrons qui légitimeront alors son action. Pour cela, mon expérience du terrain depuis douze ans me permet de connaître parfaitement les attentes des patrons et les contraintes des structures locales. La progression des résultats enregistrés par le Cerf lors des dernières élections démontre la pertinence de l'approche et des solutions que je porte : écoute et contact constant avec les entreprises. Le Medef doit en priorité centrer son action sur l'économie pour permettre aux entreprises de se focaliser sur leur coeur de métier. "

Hervé Lambel, gérant de la TPE HLDC

- Focus sur les PME : " Hier, la mise en oeuvre de la proposition que je portais, l'exonération des charges sur les heures supplémentaires, a permis de réintroduire de la flexibilité dans les entreprises, de sauver certaines d'entre elles, ainsi que de nombreux emplois, tout en baissant le coût du travail et en augmentant le pouvoir d'achat. Il en a été de même de la médiation que nous soutenons depuis 2004. Aujourd'hui, j'appelle de mes voeux la suppression de la TVA interentreprises, une taxe qui prive les entreprises de 20 milliards d'euros de trésorerie. "

Pour plus de renseignements : www.herve-lambel.fr. Pour le suivre sur Twitter : @HerveLambel.


Thibault Lanxade, 43 ans

- Fonctions actuelles : p-dg d'Aqoba, PME spécialisée dans les moyens de paiement, président de l'association Positive Entreprise, chargé du Small Business Act et membre de la commission entrepreneuriat au Medef.

- Son slogan : Entreprendre ensemble.

- Projets pour le Medef : " Le Medef que je veux porter est un Medef " maison des entrepreneurs ", stratège et recentré sur les priorités économiques des entrepreneurs : croissance, compétitivité, environnement fiscal et réglementaire. Cette organisation n'a pas pour mission d'être aimé mais de faire entendre la voix des entrepreneurs et de défendre les intérêts des entreprises. Je défends aussi un dialogue social au niveau des branches et des entreprises ainsi qu'une meilleure coopération avec les autres organisations patronales. "

Thibault Lanxade, p-dg d'Aqoba

- Focus sur les PME : " Je suis favorable à la création d'une Bourse des PME et d'un PEA-PME. Je suis aussi attaché au développement de stratégies de filières et de coopération avec les grands groupes qui peuvent faciliter l'accès des PME à des compétences qui leur sont aujourd'hui inaccessibles et les associer davantage sur certains marchés. Enfin, il faut faciliter l'accès aux marchés publics et aux outils européens d'accompagnement, notamment en favorisant l'investissement en direct dans les PME et en créant une agence unique, une Small Business Administration. "

Pour plus de renseignements : www.thibaultlanxade.com. Pour le suivre sur Twitter : @LanxadeT.

Geoffroy Roux de Bézieux, 50 ans

- Fonctions actuelles : président-fondateur d'Omea Télécom (Virgin Mobile), opérateur mobile alternatif et vice-président de la Fédération française des télécom, membre du conseil exécutif du Medef et membre du comité éthique et administrateur du Medef 92.

- Son slogan : Entreprenons l'avenir.

- Projets pour le Medef : " Le Medef a une double responsabilité: proposer des réformes de compétitivité, de flexibilité et de financement mais aussi réinsuffler l'esprit d'entreprendre, en luttant contre l'usage abusif du principe de précaution et l'inflation des règles normatives. Concrètement, cela passe par plus de compétitivité. Le crédit d'impôt compétitivité emploi (Cice) est un premier pas. Il faut acter une vraie baisse du coût du travail. Sachant que les caisses sont vides, je milite pour un transfert des cotisations familiales qui ne peuvent plus être financées par les entreprises. "

Geoffroy Roux de Bézieux, président-fondateur d'Omea Télécom

- Focus sur les PME : " Commençons par poursuivre l'effort de flexisécurité, en particulier vers les PME qui bénéficient moins de l'accord du 11 janvier 2013. Ensuite, j'estime que le Medef a pour mission de proposer des solutions pour résoudre les problèmes récurrents de trésorerie des PME, en particulier par la promotion de toutes les solutions de médiation interentreprises. Enfin, notre organisation doit veiller a minima à la stabilité fiscale sur le quinquennat. Et se battre pour qu'elle soit lisible et encourage la prise de risque. Ce combat doit être mené aussi sur la fiscalité individuelle, celle de l'entrepreneur et celle de l'investisseur. "

Pour plus de renseignements : www.entreprenonslavenir.fr. Pour le suivre sur Twitter : @GeoffroyRDB.

Frédéric Saint-Geours, 63 ans

- Fonctions actuelles : chargé de mission au sein du groupe Peugeot-Citroën, président de l'UIMM (Union des industries et des métiers de la métallurgie) et membre du conseil exécutif et du bureau.

- Son slogan : Des entreprises fortes pour faire gagner la France.

Frédéric Saint-Geours, président de l'UIMM

- Projets pour le Medef : " Je souhaite être à la tête d'un Medef qui agisse pour que la France réoriente sa politique économique vers une politique de l'offre et se donne enfin pour priorité le développement des entreprises. Nous devons renforcer la solidarité de nos entreprises, petites, moyennes et grandes, en améliorant les rapports entre donneurs d'ordres et sous-traitants, et favoriser la performance de nos entreprises sur le marché mondial, notamment en encourageant une plus grande synergie à l'export entre les grands groupes et leurs fournisseurs. "

- Focus sur les PME : " Je connais bien leurs problématiques car j'ai travaillé pendant 20 ans avec des dirigeants de petites et moyennes entreprises, souvent patrimoniales soumises aux contraintes de trésorerie, d'investissement et de développement. Je pense que les Medef régionaux pourraient faire émerger des passerelles entre les PME et les organismes d'enseignement supérieur et de recherche de leurs territoires pour aider les entreprises à innover mais aussi former et dénicher les compétences dont elles ont besoin. Notre syndicat doit aussi encourager les groupes français à pratiquer le portage à l'international des PME avec lesquelles ils travaillent, comme le font leurs homologues japonais ou allemands. "

Pour plus de renseignements : fsg2013.fr. Pour le suivre sur Twitter : @fsg2013

[Mise à jour du 3 mai 2013] Frédéric Saint-Geours se désiste.


Jean-Claude Volot, 64 ans

- Fonctions actuelles : président de Dedienne, grande entreprise internationale spécialisée dans le matériel de maintenance aéronautique au sol, et membre du Medef Toulouse.

- Son mot-clé : La rupture.

- Projets pour le Medef : " Mon ambition est de faire du Medef le leader du développement des entreprises en lieu et place des institutions et de replacer les entreprises au centre du débat national. Il faut les mettre en position de conquêtes des marchés mondiaux. Je veux réinventer le dialogue social sur des bases de compromis et non d'affrontement et favoriser l'actionnariat salarié à chaque fois qu'un événement dans la vie de l'entreprise le permet par des avantages fiscaux notamment. Il est également indispensable d'arriver à un statut fiscal particulier de l'entrepreneur. Créateur d'emplois et de richesse, il n'est pas un contribuable comme les autres. "

(c) François Girard

(c) François Girard

Jean-Claude Volot, président de Dedienne

- Focus sur les PME : " Je suis critiqué dans certains milieux intra-périphériques pour n'être que le candidat des PME... À mon sens, il convient d'assurer leur développement par des produits et services innovants et exportables. Je suis pour la mise en place de filières intégrées, à l'image de l'aéronautique, où les PME ont autant la parole que les grandes entreprises. "

Pour le suivre sur Twitter : @JeanClaudeVolot.

[Mise à jour du 18 avril 2013] Jean-Claude Volot se désiste et se rallie à Pierre Gattaz.