Mon compte Devenir membre Newsletters

Pierre Gattaz est élu nouveau président du Medef

Publié le par

L'assemblée générale du Medef a élu à 95% des suffrages exprimés Pierre Gattaz comme nouveau président du Medef, mercredi 3 juillet 2013.

Pierre Gattaz, nouveau président du Medef

Pierre Gattaz, nouveau président du Medef

C'est officiel, Pierre Gattaz est le nouveau président du Medef. Le successeur de Laurence Parisot a obtenu 95 % des suffrages exprimés (476 voix sur 501 votants), lors de l'Assemblée générale de l'organisation patronale qui s'est tenue le 3 juillet 2013 à Paris.

Une élection sans grande surprise. Sur les sept candidats à avoir fait acte de candidature, seuls lui et Hervé Lambel étaient en encore en lice lors du vote final, après des ralliements successifs. Ce dernier n'a obtenu que 8 voix.

Un Medef de conquête

À 53 ans, Pierre Gattaz multiplie les casquettes. Le président du directoire de Radiall, grande société internationale spécialisée dans la conception et la fabrication d'équipements électroniques, est également à la tête du Groupe des Fédérations Industrielles (GFI), de la Fédération des industries électriques, électroniques et de communication (FIEEC) et membre du conseil exécutif du Medef.

Lors de son interview à Chef d'entreprise il y a quelques mois, Pierre Gattaz avait fait part de sa volonté de transformer le syndicat patronal en "un Medef de conquête, aussi, qui va bâtir une France qui gagne, finir de construire l'Europe et continuer à marquer des points dans le monde".

Se recentrer sur les problèmes des PME

Le nouveau président du Medef compte entre autres "doubler le nombre des ETI en France d'ici 2020, pour atteindre 9 000 ETI. Pour cela, le Medef doit se concentrer sur les problèmes opérationnels de nos PME, les accompagner concrètement, mobiliser les grands groupes pour les aider à croître et à se projeter à l'international, travailler en filière pour identifier les opportunités et les nouveaux marchés, répondre aux problématiques de financement, simplifier un environnement réglementaire touffu, et un environnement fiscal dogmatique. "