Mon compte Devenir membre Newsletters

Les marchés de la rénovation thermique se développent

Publié le par

Une étude du cabinet Xerfi montre que les chantiers de rénovation thermique devraient progresser de 4% en 2010.

Le marché de la rénovation énergétique se porte bien. Selon une étude menée par le cabinet Xerfi, l’activité des entreprises positionnées sur ce créneau a progressé de 2% et table sur une évolution de 4% en 2010. L'enquête estime que 200 milliards d’euros devraient être dépensés en France dans les dix années à venir pour améliorer l’isolation thermique des logements.

Trois grands acteurs sont concernés par l’évolution du marché de la rénovation thermique : les fabricants d’isolants, les spécialistes de la fenêtre et les entreprises de travaux d’isolation. Chez les fabricants d’isolants thermiques, “les rapports de force concurrentiels sont plutôt favorables aux opérateurs en place et cela continuera d’être le cas dans les prochaines années”, prédit l’étude. Les acteurs anticipent l’accroissement de la demande en améliorant leurs capacités de production et en diversifiant leur offre, et tentent d’étendre leur présence en Europe.

Dans le secteur de la fenêtre, la concurrence semble beaucoup plus accrue. Le nombre d’opérateurs devrait légèrement se réduire dans les années à venir. Les entreprises devront se diversifier et monter en gamme pour faire face au durcissement des normes thermiques, “deux stratégies qui mettront hors jeu bon nombre d’acteurs de second rang”, indique Xerfi.

Diversification et convergence des savoir-faire

Quant aux entreprises mettant en œuvre les travaux d’isolation, essentiellement des TPE artisanales, elles devraient se structurer et voir ainsi s’accroître les rapports de force concurrentiels. D’autres corps de métiers, plus éloignés, pourraient être amenés à se diversifier pour mettre un pied dans ce marché : couvreurs, plâtriers, menuisiers, chauffagistes… “Au final, l’essor des chantiers de rénovation thermique abaisse peu à peu les frontières entre les différents corps de métier du bâtiment”, révèle l'étude, anticipant ainsi une augmentation de la concurrence dans le secteur du bâtiment, ce qui pourrait engendrer des problèmes de recrutement supplémentaires à ceux que l’on connaît déjà.

Le cabinet Xerfi souligne tout de même que les activités des entreprises restent fortement liées aux mesures incitatives de l'État. La réduction des crédits d'impôts accordés aux particuliers, dont le coût est jugé trop cher pour l'État, risque de décourager certains ménages.