Mon compte Devenir membre Newsletters

Le CIR, moteur de l'innovation tricolore

Publié le par

Nombreuses sont les entreprises à voir dans le crédit impôt recherche un dispositif attrayant, aussi bien pour financer leur R & D que pour répondre à leurs besoins en trésorerie. 66 % des PME, interrogées par Alma Consulting Group pour son baromètre annuel, l'ont utilisé en 2011.

Le CIR, moteur de l'innovation tricolore

Le crédit impôt recherche (CIR), qui permet aux entreprises investissant en recherche de réduire leur impôt sur les sociétés, séduit aujourd’hui deux tiers des PME françaises. C’est ce qu’avance Alma Consulting Group, dans son baromètre annuel consacré au CIR* et publié le 18 septembre 2012. Le conseiller en gestion des coûts souligne même que plus l’entreprise est grande, plus elle a recours au CIR, ce dispositif étant plébiscité par 47 % des TPE, 66 % des PME, 74 % des ETI et 100 % des grandes entreprises. Si certaines entreprises n’utilisent pas le CIR, c’est souvent par méconnaissance du dispositif.

Le CIR reste cependant le premier dispositif de financement externe utilisé par les entreprises. Cette ressource est alors réinjectée à 70 % dans la R & D (développement de nouveaux produits, maintien de l’emploi, dépenses de commercialisation des innovations, dépôts de brevets, etc.). Les 30 % restants servent aux besoins de trésorerie (une part qui était limitée à 13,5 % l’année précédente). Le CIR devient de plus en plus nécessaire aux entreprises. « Les effets bénéfiques du CIR résident dans sa structure même : il contribue à réduire significativement le coût de R & D engagé par les entreprises et en particulier, le coût horaire du personnel de recherche. Une réduction de charges qui pèse dans les décisions de lancement de projets de R & D pour les entreprises », analyse Hervé Amar, directeur général d’Alma Consulting Group. C’est pourquoi l’inquiétude grandit dans les entreprises qui comptent sur cette source de financement pour se développer. La moitié d’entre elles craignent une complication du dispositif, voire sa disparition totale pour près d’un quart des interrogés.

* Enquête réalisée en juillet 2012, auprès de 1 420 dirigeants d’entreprises françaises ayant une activité de R & D (dont TPE 26 %, PME 52 %, grandes entreprises 18 % et grands groupes internationaux 4 %)

Les principaux freins à l'utilisation du crédit impôt recherche

Source : Alma Consulting Group