Mon compte Devenir membre Newsletters

Les "Business Angels de l'export" donnent de la visibilité à des projets à dimension internationale

Publié le par

Les organisateurs de la convention Mondissimo réitèrent l'événement des Business Angels de l'export. Le principe ? Six start-ups, à la recherche de fonds pour développer un volet export, présentent leur projet devant un parterre d'investisseurs potentiels. Rencontre avec l'une d'entre elles.

Les 'Business Angels de l'export' donnent de la visibilité à des projets à dimension internationale

À l'occasion de la quatrième Convention Mondissimo du Commerce International et de la Mobilité Internationale, qui s'est déroulée les 13 et 14 mars 2012 au Palais Brongniart, les organisateurs, en partenariat avec France Angels, Paris Business Angels et les Conseillers du Commerce Extérieur, ont réitéré pour la deuxième fois l'événement des Business Angels de l'export.

Devant un jury d'une dizaine de personnes, composé de business angels et d'investisseurs potentiels, les start-ups sélectionnées avaient trois minutes pour pitcher leur projet et convaincre les investisseurs. Le jury classe ensuite les entreprises en fonction de leur intérêt et de sa viabilité. Chacune a reçu une note, qu'elle pourra présenter à ses futurs investisseurs pour démontrer de sa fiabilité.

Les entreprises sélectionnées ont également été filmées durant leur présentation. Ces vidéos devraient bientôt être mises  en ligne et accessibles durant un an sur la web TV  News 21 dans la rubrique Business Angels de l'export. 

ChinForm était l'une de ces start-up. Jérémie Ni, son fondateur, nous présente le projet qu'il entend développer : mettre en relation de grandes entreprises françaises avec des talents chinois formés dans de grandes écoles de l'Hexagone pour leur activité en France ou en Chine. L'entrepreneur dispose d'ores et déjà d'un fichier de 5000 diplômés et travaille avec de grandes entreprises comme Veolia ou Suez. Un réservoir de talents qui peut intéresser également les entreprises chinoises cherchant à s'installer en Europe et particulièrement en France.

ChinForm s'appuie sur la structure de Sinautec, la société de conseil et de formation de Jérémie Ni créée il y a sept ans.

Pour développer son activité et recruter des salariés, Jérémie Ni a aujourd'hui besoin de 50 000 euros de la part d'investisseurs.

Retrouvez trois autres entreprises qui ont participé aux Business Angels de l'Export dans le numéro 68 de Chef d'entreprise Magazine (mai 2012).