Mon compte Devenir membre Newsletters

Le crédit bancaire reste le financement n° 1 des PME et ETI

Publié le par

Les résultats du sondage Oséo Excellence/NYSE Euronext sur les différentes sources de financement des PME-ETI ont été publiés. Pour le financement de leur entreprise, les entrepreneurs comptent principalement sur le crédit bancaire (53 %), le capital investissement (21 %) et la Bourse (7 %).

Comment ont évolué, en 2011, les sources de financement de votre entreprise et quelles sont les perspectives pour 2012 ? Telle est la question posée aux 1 030 chefs d’entreprise de la communauté Oséo Excellence par François Drouin, président-directeur général d'Oséo, et Dominique Cerutti, directeur général adjoint de NYSE Euronext. Voici les résultats publiés le 3 avril.

Dans un climat économique pourtant difficile, plus d’un entrepreneur sur deux (55 %) estime que ses financements sont restés stables ou en augmentation en 2011. Les répondants se montrent cependant plus prudents pour 2012, avec 52 % d’entre eux qui prévoient une diminution de leurs sources de financement.

Pour leurs financements externes, les entrepreneurs sondés comptent principalement faire appel au crédit bancaire (53 %) et au capital investissement (21 %). La levée de fonds en Bourse n’est envisagée que par 7 % des chefs d’entreprise, ceux-ci préférant l’obligataire (5 %) aux actions (2 %). Plusieurs raisons sont avancées pour expliquer ce manque d’appétence pour la Bourse : la petite taille de l’entreprise, la volonté de garder le contrôle, les contraintes administratives et de communication imposées pour l’accès aux marchés et, enfin, la volatilité actuelle.

Une diversification des sources de financement est pourtant utile et c’est à l’écosystème constitué de tous les intervenants de faire en sorte que le financement par le marché soit perçu comme une alternative. « NYSE Euronext s’est donné justement comme priorité de rééquilibrer les sources de financement des entreprises sur son marché européen, en particulier des PME-ETI qui ont créé 80 % des nouveaux emplois ces dernières années, a déclaré Dominique Cerutti à la lecture des conclusions du sondage. C’est en concentrant les efforts de tous les acteurs de la place que nous serons en mesure de faciliter véritablement et durablement l’accès de ces entreprises aux marchés de capitaux. »

Répondez à notre sondage : L'ouverture du capital est-il un passage obligé pour se développer ?