Mon compte Devenir membre Newsletters

Des artisans et commerçants partent en guerre contre le RSI

Publié le par

La rentrée promet d'être brûlante pour le collectif "Sauvons nos entreprises". L'association de défense des TPE réclame la refonte du régime social des indépendants et organise une manifestation nationale en octobre. Lucide et combatif, Pascal Geay, le président dénonce un "racket social organisé".

Des artisans et commerçants partent en guerre contre le RSI

Pourquoi avoir créé l’association "Sauvons nos entreprises" ?

De plus en plus d’artisans et de commerçants sont écrasés par leurs charges sociales et sont victimes des dérives du Régime social des indépendants (RSI). Plus de 150 000 dossiers de litiges seraient actuellement en cours avec le régime. Ces problèmes remontent à 2008, date à laquelle le RSI est devenu l’interlocuteur unique des indépendants. Mon exemple est symptomatique. J’ai créé une entreprise de plâtrerie en 2007. L’année dernière, j’ai réalisé un bénéfice de 17 000 euros. Le RSI m’a réclamé 13 000 euros, alors que je ne leur dois que 9 000 euros. J'ai reçu 12 appels à cotisation en un an, tous avec un montant différent. Je ne cesse de leur envoyer des courriers en recommandé pour contester ces sommes, mais ils restent sans réponse. Étant pris à la gorge et endetté, la liquidation judiciaire de mon entreprise est prononcée cette fin de mois. Le RSI est pour moi synonyme de Racket social organisé. C’est donc pour dénoncer ces dysfonctionnements récurrents que nous avons créé cette association en janvier 2011, qui rassemble 230 adhérents et 287 sympathisants.

Que souhaitez-vous ?

Nous demandons un gel des procédures de recouvrement des dettes, l’arrêt des poursuites contre les cotisants ainsi qu’une diminution de 15 à 20 % des charges, qui s’élèvent aujourd’hui à 47 %. Nous ne sommes pas les seuls à mener la fronde. Une association de comptables a dénoncé le dysfonctionnement des services et adressé, en 2010, une lettre au gouvernement. Mais une fois de plus, ces courriers sont restés lettre morte.
Pour nous faire entendre, nous organisons le 19 octobre une manifestation nationale à Niort, en Poitou-Charentes. L’objectif est de monter en force d’ici à la fin de l’année sur Paris. Mais avant cela, nous souhaitons créer une douzaine d’antennes dans différentes régions de France.

Pensez-vous que la situation peut s’apaiser ces prochains mois ?

Les artisans et les commerçants de l’île de la Réunion ont obtenu gain de cause début août puisqu’un gel de leurs dettes a été prononcé. Cela nous laisse quelques espoirs mais nous n’en sommes qu’au début des événements. Le mouvement est bien entendu pacifiste mais nous ne sommes pas à l’abri d’éventuels dérapages, d’opérations coups de poing car les dirigeants sont aujourd’hui lassés de passer à la caisse. Mais nous ne nous laisserons pas faire. Notre plan de bataille est parfaitement établi.