Mon compte Devenir membre Newsletters

Les gens du marketing travaillent moins que les commerciaux !

Publié le par

Le site www.jobmarketingvente.com a réalisé une enquête sur l'ambiance au travail, le stress, la charge de travail et la mobilité des fonctions marketing et commerciales.

Le site www.jobmarketingvente.com vient de réaliser, pour la seconde année consécutive, une enquête* sur l’ambiance au travail, le stress, la charge de travail et la mobilité des fonctions marketing et commerciales.
Premier enseignement : avec la crise, l'ambiance au travail s'est détériorée. 42,5% des interviewés jugent bonne ou très bonne l’ambiance au sein de l’entreprise, contre 50,6% en 2008. Cette baisse est particulièrement marquante chez les hommes (- 9 points à 43,9%), les fonctions marketing (- 9 points à 42,8%) et les non cadres (- 10,5 points à 42,9%).

En outre, 36,3% des commerciaux travaillent plus de 11 heures par jour. Ils n’étaient que 31% l’année dernière, soit une progression de + 4,3 points par rapport à 2008. À l’opposé, les fonctions marketing travaillent moins qu’en 2008 : seulement 15,7% d’entre elles font plus de 11 heures par jour, soit - 5,9 points par rapport à l’an passé.
Ce sont les commerciaux chez qui le stress a le plus progressé : + 2 points à 80,7%. C’est l’atteinte des objectifs qui reste chez eux la première raison du stress (35,6%), suivi de la charge de travail (20,2%) et de l’ambiance dans l’entreprise (14,2%).
Le stress chez les fonctions marketing, tout en restant à un niveau très élevé (80,8%), a légèrement diminué (- 1,6 point). Les raisons du stress diffèrent des commerciaux : c’est la charge de travail qui en est la première cause (31,5%), suivie de la pression hiérarchique (21,6%), de l’ambiance dans l’entreprise (17,7%) et de l’atteinte des objectifs (15,5%).
Dans cette conjoncture, les commerciaux sont moins nombreux cette année à estimer qu’il est difficile de trouver un nouvel emploi (- 2,4 points à 61,8%) alors que les fonctions marketing sont au contraire plus nombreuses à le penser (+ 4,7 points à 76,3%). Globalement, le principal critère de choix pour un nouvel emploi reste l'intérêt du poste (58,6%), suivi de la localisation géographique (17,1%) et le salaire (13,4%).
*Enquête menée auprès de 1016 personnes entre le 5 et le 25 janvier 2009.