Mon compte Devenir membre Newsletters

Pour 73% des DRH, la priorité est donnée au développement des performances en 2010

Publié le par

Les formations permettant d'améliorer la compétitivité de l'entreprise à moindre coût ont le vent en poupe cette année, selon une étude de Kelformation, publiée le mardi 11 mai.

Les formations permettant d’améliorer la compétitivité de l’entreprise à moindre coût ont le vent en poupe cette année, selon une étude de Kelformation, publiée le mardi 11 mai. C'est le principal enseignement de cette enquête* menée par le moteur de recherche de formation sur Internet auprès de responsables de formation et de directeurs des ressources humaines (DRH).

En effet, les formations privilégiées par les responsables RH sont de loin, avec 73% de citations, celles permettant directement aux salariés d’améliorer leurs performances dans le métier exercé. Deux types de formation sont ensuite cités dans des proportions équivalentes liées à l’utilisation ou à l’apprentissage de logiciels informatiques (davantage évoquées dans les PME les plus petites) ou de manière plus large à l’hygiène ou la sécurité (notamment dans les services).

Le management d’équipe (15%) et les langues étrangères (11%) constituent des domaines de formation plus secondaires pour les responsables interrogés. Toutefois, ils sont cités plus fréquemment dans les grandes entreprises ainsi que dans celles où la moyenne d’âge est inférieure à 35 ans.

Notons enfin que les formations liées au développement personnel, dont les impacts sont moins immédiats sur la performance des salariés, sont citées dans des proportions marginales puisqu’elles ne concernent que 5% des citations en moyenne.

Les formations en ligne peinent encore à convaincre

Concernant les formations en ligne, trois responsables RH sur dix ne parviennent pas à associer à cette méthode pédagogique un domaine de formation possible. À travers cette incapacité à se projeter dans ce nouveau mode de formation, 13% des personnes interrogées déclarent que ce mode d’apprentissage n’est pas envisageable dans le cadre de l’activité de l’entreprise, notamment dans les secteurs de l’industrie et du commerce.

2% évoquent une raison plus pratique, à savoir que leurs salariés ne travaillent pas sur ordinateur et qu’il leur est donc difficile d’utiliser ce mode de formation, c’est notamment le cas du BTP, avec 13% des citations. Par ailleurs, il existe un noyau dur de réfractaires à ces formations en ligne, 7% des interviewés déclarant ne pas en voir l’utilité.

Parmi ceux parvenant à se projeter dans l’e-learning, les domaines de formations les plus envisagées sont l’informatique/bureautique (22%) et les langues étrangères (17%).

*Ce sondage a été réalisé par téléphone du 25 au 30 mars dernier auprès de plus de 200 responsables de formation ou directeurs des ressources humaines.