Mon compte Devenir membre Newsletters

Dirigeant, accueillez un professeur en stage d'immersion !

Publié le par

Montrer le vrai visage de l'entreprise, tel est le but de la fondation Croissance responsable. Elle permet aux enseignants de se familiariser avec ses rouages et ses métiers, lors de stages de trois jours dans les entreprises volontaires. Pourquoi ne pas faire découvrir la vôtre ?

Des professeurs en stage de découverte en entreprise, de la science-fiction ? Que nenni, il s'agit d'une initiative lancée en 2012 par la fondation Croissance Responsable, qui a pour ambition de faire évoluer l'image de l'économie de marché.

"Nous ne sommes pas un think tank mais un "do thank", sourit le président de la fondation, Christian Poyau, par ailleurs dirigeant de Micropole, société de conseil et d'ingénierie informatique. Nous souhaitons être dans l'action. C'est pourquoi nous avons imaginé ces stages d'immersion. Car, si les élèves, notamment de 3e, ont l'occasion de se familiariser avec l'entreprise, ce n'est pas le cas de leurs professeurs. Le but n'est pas de présenter l'entreprise de façon idyllique et qu'ils se disent que l'entreprise, c'est génial. Il s'agit de créer du lien avec le corps enseignant, d'échanger et de montrer le quotidien d'une entreprise. Les incompréhensions naissent de la méconnaissance."

À qui s'adressent ces stages ? Aux professeurs de collège et de lycée et aux conseillers d’orientation, désireux de découvrir l'univers de l'entreprise. Pour l'heure, le dispositif n'est disponible que pour les Académies de Paris, Créteil et Versailles.

Des stages de cinq jours, dont trois en entreprise

Comment se déroule le stage ? La première journée, organisée à l'Institut de France, est dédiée à la présentation de l'entreprise, de son organisation et de ses métiers.

Ensuite, le professeur se déplace dans l'entreprise qui lui a été attribuée durant trois jours, consécutifs ou non. "Je me suis entretenu avec l'enseignante la première matinée pour lui présenter mon entreprise, relate Brice Pineau, dirigeant de Harvest (180 collaborateurs), éditeur de logiciels spécialisés dans l'aide à la décision financière, patrimoniale et fiscale, qui a accueilli un professeur d'anglais en décembre dernier. Ensuite, elle a assisté à deux rendez-vous clients et a participé au back office commercial sur un produit."

Enfin, une cinquième journée est organisée, de nouveau à l'Institut de France, pour un débriefing des "stagiaires".

Quelles sont les motivations des enseignants et des conseillers d'orientation qui prennent sur leur temps de formation, voire sur leurs congés, pour suivre volontairement ces stages ? "Experts de la théorie, ils viennent chercher une connaissance plus terrain, plus réelle, de l'entreprise, répond le président de Croissance Responsable. Ils peuvent aussi rechercher un réseau pour aider leurs élèves à trouver un stage. Il y a aussi beaucoup de curiosité."

L'entreprise sous son vrai jour

Et que cherchent les chef d'entreprise qui accueillent ces stagiaires d'un nouveau genre ? "Faire tomber des préjugés, répond Brice Pineau (Harvest). Nous avons l'impression de ne pas être aimés, notamment par le corps enseignant. Avec cette initiative, nous avons l'occasion de montrer l'entreprise sous son vrai jour, de présenter une image moins caricaturale. Mais aussi probablement, à l'inverse, de découvrir les enseignants sous un autre jour, loin de l'image d'Épinal !"

"J'y vois aussi un intérêt au niveau des collaborateurs de l'entreprise, souligne Christian Poyau (Croissance Responsable). La satisfaction de travailler dans une entreprise ouverte vers l'extérieur et de valoriser leur métier auprès d'enseignants. Quoi qu'il en soit, les chefs d'entreprise à qui nous parlons de ces stages trouvent que c'est une excellente idée pour réconcilier le système éducatif et le monde de l'entreprise. Ils sont généralement partants." C'est votre cas ? Sachez qu'une nouvelle session se profile en avril prochain.

Près d'une centaine de professeurs se sont déjà positionnés... Pour faire acte de candidature, vous devez remplir le petit formulaire en ligne sur le site de la fondation ou envoyer un e-mail à contact@croissance-responsable.fr, avant la fin mars. "Aucun critère n'est requis si ce n'est  que l'entreprise doit être située en région parisienne, précise Christian Poyau. Par ailleurs, pour être significatif, le stage doit se dérouler dans une structure d'une certaine taille (à partir de quelques salariés) afin que l'enseignant puisse découvrir plusieurs métiers."

"Je recommande ce stage aux chefs d'entreprise. D'ailleurs, je compte bien m'inscrire à d'autres sessions", conclut Brice Pineau (Harvest).