Mon compte Devenir membre Newsletters

Concours : les erreurs qui peuvent vous faire rater le podium

Publié le par

Faire acte de candidature à un concours présente de gros enjeux en termes de dotation et/ou de notoriété. Mais vous n'êtes pas le seul en lice. Comment émerger du lot… ou pas ? Revue en détail des faux pas à ne pas commettre si vous désirez monter sur la plus haute marche du podium.

Concours : les erreurs qui peuvent vous faire rater le podium

Être lauréat d'un concours présente un certain nombre d'avantages. Dotation financière de quelques milliers d'euros, accompagnement personnalisé, visibilité médiatique… Pour ceux qui veulent tenter l'aventure, voici ce que vous ne devez pas faire si vous voulez remporter le gros lot.

Erreur n° 1 : Candidater à tous les concours

Quitte à candidater, autant s’inscrire partout ? Une bonne stratégie pour perdre votre temps ! Commencez par choisir les concours les plus adaptés à votre projet (selon son état d’avancement, son secteur…), mais aussi à vos besoins. Comparez les dotations, examinez les règlements et vérifiez les conditions d’éligibilité. Par ailleurs, si vous avez déjà été primé pour une précédente initiative il y a quelques années, il est fort à parier que le jury préférera récompenser une entreprise qui ne l’a pas déjà été.

Erreur n° 2 : Adresser un dossier incomplet

Votre dossier doit généralement suivre un plan prédéfini qui laisse peu de place à l’originalité (informations personnelles, présentation du projet ou de l’initiative, prévisionnel…). Aussi, respectez scrupuleusement les délais et les consignes, renseignez tous les champs, fournissez les documents justificatifs demandés. « Chaque détail compte pour départager les candidats. Soyez rigoureux sur le fond comme sur la forme. Un dossier rempli de fautes d’orthographe desservira même la meilleure idée », insiste Alexandra Schalk-Petitot, chargée de mission pour le Concours européen de l’entreprise innovante (C2EI), organisé par la Jeune chambre économique française (JCEF).

Erreur n °3 : Rester académique et théorique

Pour autant, être pointilleux ne signifie pas être exhaustif. Un juré doit parfois étudier une centaine de dossiers. Un conseil : allez à l’essentiel sans vous appesantir sur les détails techniques, une avalanche de chiffres ou de graphiques ! « Pensez aux personnes qui vous liront et qui ne sont pas forcément des spécialistes de votre secteur », souligne Alexandra Schalk-Petitot. Quant à la mise en forme, faites sobre mais point trop n’en faut. Pensez à aérer votre prose, à choisir une taille de police d'écriture lisible, à rajouter des titres, à extraire des informations-clés… Bref, préparez une présentation dynamique. « Utilisez, par exemple, des infographies ou des photos, renvoyez vers une vidéo de présentation. N’hésitez pas à interpeller les membres du jury et à les impliquer en leur faisant tester votre produit. Comme dit l’adage, l’essayer c’est l’adopter ! », estime Yoann Rotureau, consultant pour l’Agence pour la création d’entreprises (APCE) et juré pour différents concours d’entrepreneurs.

Erreur n° 4 : Improviser votre pitch

Certains concours se limitent à un dépôt de dossier, d’autres vous demanderont une vidéo de présentation, quand d’autres encore vous inviteront à un grand oral. Dans ces deux derniers cas, la spontanéité, c’est bien. Mais pour convaincre en quelques minutes, ce n’est pas suffisant. Un pitch se travaille. Trois mots d’ordre : concision, précision et cohérence. Il n’y a pas de place pour une présentation théorique et un jargon trop technique. Claude Cuny, délégué principal du Réseau Entreprendre Poitou-Charentes, recommande ainsi de valoriser des éléments factuels pour appuyer votre argumentation (satisfaction clients, chiffre d’affaires généré…).

Erreur n° 5 : Camper sur ses positions

Lors d’un oral, votre attitude et votre personnalité feront également la différence. Aussi, ne confondez pas assurance et arrogance, en particulier lorsque le jury vous titille sur les zones d’ombre de votre initiative entrepreneuriale. « Veillez à rester maître de vos émotions, conseille Yoann Rotureau (APCE). C’est le rôle d’un juré d’émettre des objections, de vous challenger. » Il vérifie ainsi que vous avez pensé à tout, que vous êtes réactif et capable de vous remettre en cause. L’occasion de montrer votre capacité à anticiper tous les scénarios – même les moins favorables – mais aussi de défendre votre projet de manière constructive. « On ne vous demande pas de tout maîtriser, mais au moins d’être honnête et d’être conscient des points à améliorer », ajoute Claude Cuny (Réseau Entreprendre). L’intérêt d’un concours est aussi de se confronter au regard de spécialistes dans l’entrepreneuriat ou un domaine d’activité. Il serait dommage de vous en priver. « Et ce n’est pas parce que vous avez échoué une fois que vous ne pouvez pas retenter votre chance plus tard », conclut Alexandra Schalk-Petitot (C2EI).

Pour aller plus loin :

Consultez notre sélection des concours à ne pas manquer.