Mon compte Devenir membre Newsletters

Le burn out frappe 38 % des dirigeants !

Publié le par

79 % des patrons de TPE et PME souffrent du stress et de ses conséquences. Tels sont les enseignements d'une étude réalisée par la CGPME 77.

Le chiffre paraît énorme. Pourtant, 38 % des 161 chefs d'entreprise* ayant répondu à l'enquête en ligne de la CGPME 77 affirment avoir subi un burn out... « Ce chiffre est à prendre avec des pincettes », souligne Sandrine Pilon, administratrice de l'Aract IDF (Association régionale de l'amélioration des conditions de travail) pour la CGPME 77 qui a coordonné cette étude. « Premièrement, l'enquête a été basée sur la spontanéité des répondants, ce qui nous amène à penser que l'intérêt particulier que les dirigeants ont eu pour ce sujet a constitué une réelle motivation pour participer, mais est aussi probablement constitutif d'un biais dans les résultats. Deuxièmement, parce que le terme “burn out” a pu être interprété par les répondants comme un synonyme de grosse fatigue. Alors que le burn out, c'est bien plus que cela : c'est une fatigue excessive qui ne permet plus de travailler. Il n'en reste pas moins qu'en répondant “oui” à cette question, les dirigeants ont clairement voulu exprimer leur souffrance. »

Autre enseignement de cette enquête, près de quatre dirigeants sur cinq souffrent de symptômes liés à leur vie professionnelle. Principalement : anxiété (78 %), maux de dos (77 %), nervosité (72 %) et irritabilité (71 %). Mais, plus de trois patrons sur cinq pensent que c'est une erreur ou une faiblesse de montrer ses fragilités physiques ou psychologiques.

En cause ? Le carnet de commandes (76 %), la charge de travail (75 %), la solitude du pouvoir (71 %) à égalité avec la gestion du personnel (70 %). « Les dirigeants de PME et, a fortiori, de TPE endossent beaucoup de casquettes. Leur quotidien constitué d'administratif et de nombreuses législations à respecter est lourd », commente Sandrine Pilon.

C'est ainsi que plus de la majorité d'entre eux songent à renoncer face à la lourdeur de la tâche...

Tableau peu reluisant que celui-ci... « Il est probable que la crise accentue ces résultats », estime Sandrine Pilon. « Néanmoins, crise ou pas, la surcharge de travail et la solitude sont le lot de nombre de chefs d'entreprise. »

* Échantillon de l'enquête : 161 chefs d'entreprise en Seine-et-Marne, principalement des dirigeants de TPE (100 ont entre un et neuf salariés), de tous secteurs d'activité. Enquête menée en ligne, au début de l'année 2011. Publication des résultats fin avril 2011.