Les 5 conseils de Michel & Augustin aux entrepreneurs en herbe

Publié le par

Augustin Paluel-Marmont, cofondateur de la marque de produits alimentaires Michel & Augustin, nous livre ses cinq conseils pour démarrer du bon pied dans la voie de l'entrepreneuriat.

Augustin Paluel-Marmont, cofondateur de l'entreprise Michel & Augustin

Augustin Paluel-Marmont, cofondateur de l'entreprise Michel & Augustin

Pour sa 20e édition, le salon des Entrepreneurs convie 150 dirigeants ayant réussi à transformer leurs projets d'entreprises en véritables success stories. Parmi eux, Augustin Paluel-Marmont, cofondateur de la marque de produits alimentaires Michel & Augustin (entreprise créée en 2004), aux méthodes marketing souvent décalées. Il animera une série de conférences à cette occasion, afin de transmettre un peu de son savoir-faire et de son expérience en matière de création et de gestion d'entreprise.

Rencontré au cœur de la "Bananeraie" (nom donné au siège de cette entreprise de 45 salariés situé à Boulogne-Billancourt), Augustin Paluel-Marmont livre ses cinq conseils aux entrepreneurs en herbe, pour réussir à transformer l'essai. Avec une philosophie bien particulière, mais qui repose surtout sur du bon sens, pour celui qui se décrit volontiers comme un "entrepreneur bouddhiste" :

1) Bien se connaître

"Créer une entreprise, c'est avant tout bien se connaître", avance Augustin Paluel-Marmont. Pour l'entrepreneur, c'est un point déterminant pour s'inscrire dans la durée, en tenant compte de ses forces mais aussi ses faiblesses. C'est aussi en s'interrogeant vraiment sur qui l'on est, que l'on peut éviter de s'effondrer dès qu'une difficulté survient.

"L'entrepreneuriat n'est pas un sprint, mais une course de fond", illustre l'entrepreneur. Il faut s'efforcer d'optimiser ses forces sur la durée et non uniquement à un instant T. Aussi, même si la création d'entreprise est chronophage et mobilise énergie et matière grise, en particulier les premières années du projet, il faut absolument se ménager sur le long terme. Il est donc essentiel de ne pas se couper de sa famille et de ses amis et de continuer ses activités sportives, associatives, etc..

2) Bien s'entourer

Il est ensuite essentiel de bien s'entourer. Il faut vraiment prendre le temps de rencontrer ses futurs collaborateurs. "Avant de décider de recruter quelqu'un, je vais le voir dans différents contextes. Et je m'assure qu'il partage avec moi les mêmes valeurs. Ce qui ne veut pas dire qu'il doit être pareil que moi. Juste partager des idées communes", ajoute Augustin Paluel-Marmont. D'autre part, il faut être très transparent  sur les attentes liées au poste et sur les compétences recherchées.

3) Ne pas mettre la charrue avant les bœufs

"Souvent, lorsque je rencontre des gens qui souhaitent créer une entreprise, la première chose qu'ils me demandent, c'est la manière dont il faut s'y prendre pour financer son projet. Pour moi, il faut avant tout s'interroger sur ce que l'on attend de son projet et comment on l'envisage à cinq ans. Et après seulement se demander par quels moyens y arriver", explique le cofondateur de Michel & Augustin. Ainsi, il reproche souvent aux entrepreneurs leur manque de clairvoyance et le peu de vision à long terme. Qui permet pourtant d'éviter certaines erreurs.

4) Bien surveiller certains indicateurs

"Tout ne peut pas fonctionner dès le départ. Mais il existe néanmoins une série d'indicateurs qui permettent de surveiller la santé de son entreprise et auxquels il faut être attentif", alerte Augustin Paluel-Marmont. Parmi ces signaux : la rentabilité, le chiffre d'affaires (à comparer au prévisionnel) ou encore la notoriété (par exemple le nombre de membres inscrits sur les réseaux sociaux). "Il faut quand même à un moment s'assurer que ces indicateurs sont en majorité au vert. Au risque de s'enliser", ajoute l'entrepreneur. Inutile d'avoir l'œil partout mais il faut se focaliser sur ces informations-clés. Le risque est notamment de s'éparpiller et de ne rien mener à bout. D'où l'importance du conseil numéro 1 : bien se connaître.

5) Garder ses convictions

Enfin, pour Augustin Paluel-Marmont, s'il est important de rester à l'écoute, et comme évoqué précédemment surveiller les indicateurs, il faut veiller malgré tout à ne pas trop se laisser influencer. "Il est essentiel de conserver ses convictions profondes intactes, à savoir la manière de manager son entreprise, les produits que l'on va vendre, ou encore pour moi le fait de ne pas trop se prendre au sérieux ", termine le jeune homme. Et sur ce point, on peut dire qu'Augustin Paluel-Marmont est resté en phase avec ses valeurs, comme en témoigne la photo illustrant cet article !

Réussir sa création d'entreprise

Janvier : Le contrat de génération a vu le jour