Mon compte Devenir membre Newsletters

Les clés pour lâcher prise

Publié le par

Débordé et stressé, votre travail vous obsède de jour comme de nuit, le week-end et même pendant vos vacances... Pour tenir la distance, il est temps de lâcher prise. Pauses, délégation, humour... Quelques pistes pour profiter de la vie et diriger en toute sérénité.

Les clés pour lâcher prise

C'est plus fort que vous. Vous avez toujours la tête dans le guidon. Vous enchaînez les tâches sans jamais prendre le temps de vous poser cinq minutes. Bref, vous n'arrivez pas à couper le cordon avec votre entreprise et vous avez la désagréable impression de ne pas prendre assez de temps pour vous occuper de vous. Peut-être le moment est-il venu de lâcher du lest ? Car en vous enlisant dans cette situation, vous risquez non seulement de foncer droit dans le mur mais aussi de mettre en péril votre propre santé (fatigue, stress, burn-out...).

" Le chef d'entreprise se trouve dans une situation de compétition permanente qui peut, il est vrai, être assez grisante et valorisante sur l'instant, souligne Alain Duluc, manager Offre et Expertise Développement personnel chez l'organisme de formation Cegos. Mais une chose est certaine : dirigeant ou pas, un marathon ne peut être couru en sprintant tout du long. "

Alors pour tenir la distance, apprenez à vous économiser et à lâcher prise. Attention, lâcher prise ne signifie pas laisser tomber vos équipes et vos clients ou décrocher totalement de votre activité. Il s'agit de prendre plus de recul tout en continuant à contrôler les situations mais de manière plus souple, détendue et distanciée. " Cela peut paraître anxiogène, voire presque contre-nature pour un dirigeant, reconnaît Bertrand Poulet, formateur en management d'équipe chez Demos. Mais, votre corps et votre esprit ont pourtant besoin de phases de récupération. Ces pauses permettent ensuite d'être plus performant. "

Économisez et ciblez votre énergie

Commencez par vous déculpabiliser et vous débarrasser de vos angoisses. Vous avez le droit - si ce n'est le devoir - d'avoir une vie personnelle et sociale. Votre entreprise ne s'arrêtera pas de tourner en votre absence. Dans un premier temps, identifiez les freins qui vous empêchent de prendre du temps pour vous. Voleurs de temps, mauvaises habitudes de travail, incapacité à déléguer...

Lâcher prise, c'est s'autoriser des moments pour soi afin de se ressourcer et de recharger ses batteries. Pour ce faire, il suffit bien souvent de réintroduire votre vie extraprofessionnelle (sociale, associative, familiale...) dans votre quotidien selon vos aspirations et vos besoins. De la séance de footing chaque lundi matin au cinéma entre amis le vendredi soir en passant par une pause méditation après le déjeuner...

À vous de trouver vos propres solutions pour rétablir un équilibre entre votre activité professionnelle et votre vie personnelle.

" Accordez-vous des plages de disponibilité totale pour vos proches ou pour des activités personnelles durant lesquelles vous n'êtes pas joignable ", conseille Bertrand Poulet (Demos). De même, cessez d'être l'esclave de votre messagerie électronique [lire l'article 10 astuces pour éviter d'être pollué par vos e-mails professionnels] ou de votre téléphone. Apprenez à déconnecter. " Pour que ça marche, il faut s'imposer quelques règles et s'y tenir ", conseille Alix de Saint-Denis (CSP Formation).

À bas le perfectionnisme

Au bureau aussi, apprenez à lâcher du lest. Être dans le contrôle absolu, vouloir tout gérer et tout maîtriser sont des armes à double tranchant, voire contre-productives. Apprenez à hiérarchiser vos tâches et à planifier le temps à y consacrer. Cela vous donnera une meilleure visibilité sur votre charge de travail et vous permettra de reprendre le contrôle sur votre emploi du temps.

Pour Sandra Le Grand, à la tête de Kalidea, entreprise de 200 personnes spécialisée dans des prestations de services aux CE (lire l'encadré ci dessous), " la meilleure solution pour se dégager du temps pour soi est de prioriser ses efforts, et de les investir au bon endroit. "

Vos deux mots d'ordre : renoncez au perfectionnisme et apprenez à faire confiance. " Le mieux est l'ennemi du bien ", martèle Sandra Le Grand qui recommande notamment de déléguer les missions à plus faible valeur ajoutée pour se recentrer sur l'essentiel. " Il y a quelques années, j'ai décidé de recruter une assistante pour gérer mon agenda. La prise de rendez-vous et l'organisation de réunions accaparaient à l'époque 40 % de mon temps ! ", souligne la dirigeante.

Enfin, " la pratique de l'humour est une très bonne manière de prendre de la hauteur et de relâcher la pression ", souligne Alain Duluc (Cegos). Dédramatiser une situation stressante et problématique la met en effet à distance et peut même être un excellent outil managérial de recadrage d'un collaborateur. Pour Alix de Saint-Denis (CSP Formation), " apprendre à lâcher prise tout au long de sa vie professionnelle, c'est aussi se préparer à lâcher prise totalement au moment de sa retraite ".

À vos marques ! Prêt ? Lâchez !

Le témoignage de Sandra Le Grand, présidente de Kalidea
" Je m'impose trois règles d'or pour débrancher "


Chef d'entreprise, mentor, vice-présidente de l'association d'entrepreneurs CroissancePlus... À 47 ans, Sandra Le Grand, par ailleurs maman de deux enfants, est une femme dirigeante hyperactive et très sollicitée. Jongler entre ces différentes casquettes tout en préservant sa vie personnelle n'est pas une mince affaire pour la dirigeante de Kalidea CE, prestataire de services aux comités d'entreprises. " Je suis convaincue que la clé pour durer est de savoir débrancher ", affirme-t-elle. Ce qui suppose une vraie discipline de vie à laquelle elle se tient depuis le début. " Quand j'ai créé mon entreprise en 2000, je me suis imposé trois règles d'or pour pouvoir tenir la distance", raconte Sandra Le Grand. Première règle : interdiction de travailler le week-end. Deuxième règle : réserver un déjeuner par semaine à ses enfants, le plus souvent le mercredi. " Ce sont des rituels dont on sous-estime l'importance mais qui sont essentiels, en particulier quand on rentre déjà très tard le soir en semaine ", selon elle. Enfin, la dirigeante fait du sport plusieurs fois par semaine afin de se défouler et de se déconnecter du travail. " 13 plus tard, je suis passée de 0 à 200 collaborateurs. Et, à quelques exceptions près, je me suis toujours tenue à ces règles de vie. " Chaque semaine, la chef d'entreprise se ménage aussi régulièrement des moments pour lire ou aller au théâtre. De par ses engagements associatifs, elle participe aussi à plusieurs rassemblements d'entrepreneurs. " Ces événements me permettent de lâcher prise sur l'opérationnel. " Autant de petites astuces qui la rendent selon elle plus performante, tout en l'empêchant de devenir prisonnière de sa propre entreprise.
Carte d'identité
Activité : prestataire de services aux comités d'entreprise
Ville : Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine)
Forme juridique : SA à directoire
Dirigeants : Sandra Le Grand, 47 ans, et Olivier Bauquel, 53 ans
Année de création : 2000
Effectif : 200 salariés
CA 2012 : 66 M€

Mot clés :

Marion Perroud