Mon compte Devenir membre Newsletters

Un comité stratégique pour sortir la tête du guidon

Publié le par

S'entourer d'un comité stratégique n'est pas un luxe réservé aux pépites technologiques. C'est avant tout un bon moyen de prendre du recul et de bénéficier des lumières de quelques experts triés sur le volet. Explications.

Un comité stratégique pour sortir la tête du guidon

Réunir des experts chevronnés régulièrement et bénévolement pour les faire plancher sur les problématiques stratégiques de votre entreprise, c'est possible grâce au comité stratégique. Derrière ce titre pompeux, se cache un organe à l'utilité et à la souplesse incontestables dont vous auriez tort de vous priver, quel que soit votre secteur ou le stade de développement de votre société. Les start-up l'ont bien compris, elles commencent presque par constituer leur comité stratégique avant même de déposer leur statut de création.

Cette "mode" chez les créateurs d'entreprises innovantes est principalement alimentée par l'influence d'un écosystème anglo-saxon et par les pratiques de fonds de capital-risque qui instaurent systématiquement un comité stratégique à la première levée de fonds.

Un think tank informel

En revanche, dans les PME dites de secteurs traditionnels, les comités stratégiques ne font pas encore partie des moeurs entrepreneuriales. Il existe peu d'études sur le phénomène, la dernière en date sur la gouvernance des PME/PMI patrimoniales, réalisée en 2006 par l'IFA (Institut français des administrateurs), indiquait que seules 23 % des PME/PMI patrimoniales disposaient d'un comité stratégique.

" Cette pratique est trop peu répandue dans la culture des PME françaises, souvent par méconnaissance et par crainte d'un dispositif chronophage ", témoigne Éric Langrognet, associé fondateur du cabinet de coaching de dirigeants Le Ker. Or, contrairement aux a priori, cet organe de gouvernance est particulièrement adapté aux TPE/PME dont les dirigeants ont besoin, plus que d'autres, de s'entourer d'expertises complémentaires et de bénéficier de regards extérieurs.

Et pour les allergiques à la paperasse et aux démarches administratives, sachez que le comité stratégique n'a pas besoin d'être formalisé juridiquement, et peut rester une sorte de think tank informel qui se réunit à périodicité régulière semestrielle ou trimestrielle.

Attirer les stars de l'entrepreneuriat

Comment choisir ses membres ? " Le premier critère de choix est la complémentarité des savoir-faire avec ceux du dirigeant et entre les différents membres, conseille Éric Langrognet. Si l'entreprise est dirigée par un binôme d'ingénieurs, par exemple, il sera judicieux de choisir des experts en vente, marketing et communication. "

Deuxième critère de choix : une expertise avérée adossé à une vingtaine ou trentaine d'années d'expérience qui pourront vous faire bénéficier des meilleures pratiques de votre secteur. En cela, il ne faut pas hésiter à approcher des patrons d'entreprises cent fois plus grosses que la vôtre, ces dirigeants ont souvent une position moins opérationnelle dans leur entreprise et peuvent être ravis de transmettre leur expérience à de jeunes "débutants".

Et enfin, troisième critère pour composer votre comité stratégique : la notoriété. " Avoir des noms médiatiques dans son comité stratégique aide à installer votre crédibilité et rassure sur la pérennité de votre entreprise ", assure Éric Langrognet. Là encore, il faut user d'un minimum de culot et d'audace pour solliciter les stars de l'entrepreneuriat, mais vous serez surpris de découvrir leur disponibilité et leur curiosité à l'égard de vos propres projets.

Le bénévolat est la règle

Mais attention à ne pas rechercher uniquement l'effet paillettes d'un comité stratégique prestigieux. Ne perdez pas de vue que le premier intérêt de cet organe est de vous aider à piloter votre entreprise. Ne négligez donc par la préparation de vos réunions de travail en envoyant des documents d'étape aux membres du comité pour qu'ils aient le temps de réfléchir sérieusement à vos problématiques et qu'ils n'arrivent pas les mains dans les poches.

Évitez aussi de tenir ces réunions dans des endroits festifs en voulant joindre l'utile à l'agréable : donnez-leur rendez-vous dans vos locaux ou louez une salle appropriée si votre entreprise est trop loin de leurs QG respectifs. Il sera toujours temps de les inviter au restaurant après la réunion si vous souhaitez les remercier de leur présence et de leur implication... Surtout que, dans la plupart des cas, ce temps vous est consacré gratuitement, mêmes si des formes de rémunération directe ou indirecte peuvent exister.

" La souplesse du comité stratégique permet plusieurs formules de rétribution, précise Éric Langrognet, même si la pratique la plus habituelle est celle du bénévolat. L'une des méthodes les plus courantes est l'attribution de bons de souscription en action (BSA), qui est une manière intelligente d'intéresser les membres du comité à la croissance de l'entreprise. On peut aussi opter pour des jetons de présence, mais ce cas de figure est plus rare dans les PME. "

Enfin, ne vous laissez pas déborder par le charisme et l'aura de certains des membres de votre comité stratégique. " Il faut surtout bien éclaircir le mode de fonctionnement du comité et vos attentes à l'égard de ses membres, prévient l'expert. Car il peut arriver que certains membres vous demandent des retours sur l'application de leurs conseils et que vous vous retrouviez dans la désagréable position de devoir rendre des comptes. "

Emportés par leur zèle, certains auront peut-être ainsi tendance à trop s'impliquer, à vous donc de remettre les pendules à l'heure et de rappeler que c'est vous le patron, et que le comité stratégique n'a qu'un rôle consultatif... même si ses conseils sont précieux !

Le témoignage de Stéphanie Lanternier, dirigeante de TOCoSK
" Les membres de notre comité stratégique sont aussi devenus nos actionnaires "

Stéphanie et Thibault Lanternier


À peine sortie de l'école, Stéphanie Lanternier se lance dans la création de son entreprise en embarquant son frère, Thibault. Leur produit ? TOCoSK, une certification des connaissances en bureautique. Le duo puise dans son réseau pour chercher des conseils avisés d'entrepreneurs expérimentés. En résulte un panel d'une demi-douzaine de "pointures" aux expertises complémentaires, qui accompagnent la start-up chacune dans un domaine particulier : innovation, communication, stratégie et international. D'abord sollicités à titre individuel, c'est sur la suggestion de l'un d'entre eux que TOCoSK les réunit dans un comité stratégique semestriel pour formaliser cet accompagnement et faire jouer les synergies des différents membres. " Nous rencontrons toujours séparément chaque membre entre deux comités ", précise Stéphanie Lanternier. Les jeunes entrepreneurs réussissent à attirer des experts prestigieux comme le patron du groupe Aquarelle. " Séduits avant tout par le projet ", assure la dirigeante. À tel point que lorsqu'ils décident de réaliser une première levée de fonds de 500 k€ pour financer leur développement, ils ne cherchent pas leurs investisseurs bien loin. Les membres de leur comité stratégique mettent la main à la poche pour devenir actionnaires.
Carte d'identité -TOCoSK
Activité : E-testing en bureautique
Ville : Paris (XVIe arr.)
Forme juridique : SAS
Dirigeants : Stéphanie Lanternier, 27 ans, et Thibault Lanternier, 32 ans
Année de création : 2010
Effectif : 8 salariés
CA 2012 : 50 k€