Mon compte Devenir membre Newsletters

Parité hommes-femmes : les inégalités professionnelles entre les cadres persistent

Publié le par

Selon une étude de l'Apec publiée le 8 mars, les femmes cadres bénéficient d'un niveau de responsabilité inférieur à leurs homologues masculins. La différences s'accentue notamment à partir de 40 ans.

Les hommes et les femmes cadres n’atteignent pas les mêmes niveaux de responsabilité, selon une étude* de l'Association pour l'emploi des cadres (Apec) publiée le 8 mars. Ainsi, 23 % des hommes cadres occupent un poste à forte responsabilité (à la direction générale ou à la direction d’un département ou d’une entité) contre 11 % des femmes cadres. Plus généralement, les hommes ont plus souvent que les femmes un rôle d’animation d’équipe et la responsabilité d’un budget.

40 ans, l'âge fatidique
C’est essentiellement à partir de 40 ans qu’apparaissent les inégalités quant aux responsabilités exercées. La proportion de
cadres assumant des responsabilités (soit en occupant un poste à forte responsabilité soit en animant une équipe) s’accroît chez les hommes jusqu’à 50 ans alors qu'elle stagne pour les femmes à partir 40 ans. Les femmes ayant des responsabilités occupent de surcroît des postes de moindre envergure : responsables hiérarchiques, elles encadrent des équipes moins larges que les hommes. Elle gèrent également un budget moins important que les hommes.

La maternité, un frein à la prise de responsabilité ?
Les différences résultent en partie de la spécificité des parcours professionnels des hommes et des femmes cadres, avec notamment des interruptions de carrières et une pratique du temps partiel plus fréquentes chez les femmes.
Alors qu’il existe chez les hommes cadres une corrélation positive entre le nombre d’enfants et le niveau de responsabilité
exercée, cette corrélation est plutôt négative chez les femmes. Nonobstant le critère de l’âge, 11 % des hommes sans enfant
exercent un poste à forte responsabilité contre 32 % des hommes avec au moins trois enfants. Les proportions sont respectivement de 8 % et 11 % pour les femmes. Pour chaque tranche d’âge, le niveau de responsabilité augmente chez les hommes en fonction du nombre d’enfants. Pour les femmes, au contraire, on n’observe pas de lien entre le nombre d’enfants et le fait d’exercer un poste à forte responsabilité. Pour chaque tranche d’âge, les écarts les plus importants entre hommes et femmes quant aux prises de responsabilité concernent ceux qui ont au moins trois enfants.

La barrière des deux enfants
Le décrochage le plus important entre hommes et femmes cadres est lié au fait d’avoir plus de deux enfants. Au global, 23 % des hommes cadres interrogés indiquent avoir au moins trois enfants (33 % chez les 45 ans et plus), contre 10 % des femmes cadres (17% chez les 45 ans et plus). Des études statistiques sur l’ensemble de la population française ont démontré que le fait d’avoir plus de deux enfants diminue la probabilité d’activité des mères et, pour celles qui sont actives, augmente la probabilité de travailler à temps partiel. L'enquête de l’Apec atteste ce dernier constat. Ainsi, 9 % des femmes cadres interrogées occupent un poste à temps partiel, contre 1 % des hommes cadres. Le temps partiel concerne avant tout les femmes qui ont des enfants et le nombre d’enfants a bien une influence. Aussi, 2 % des femmes sans enfant sont à temps partiel, contre 8 % des femmes qui ont un enfant, 14 % pour celles qui en ont deux et 22 % pour celles qui ont trois enfants. Quel que soit le nombre d’enfants, la proportion d’hommes à temps partiel est pratiquement nulle.

*Les résultats présentés dans cette étude constituent une surexploitation de l’enquête de l’Apec sur la situation professionnelle des cadres en poste, édition 2010. 12739 cadres ont répondu au mois de février 2010 à un questionnaire Internet sur leur situation et leur rémunération en 2009.