Mon compte Devenir membre Newsletters

Retraite à 60 ans : maternité et chômage seront pris en compte dans les cotisations

Publié le par

Le décret qui permet un retour partiel à la retraite à 60 ans pour les personnes ayant commencé à travailler tôt a été présenté en Conseil des ministres le 6 juin.

Le gouvernement a présenté le 6 juin, en Conseil des ministres, son décret sur le retour partiel de la retraite à 60 ans pour les carrières longues, qui devrait être déposé cet été et entrer en application le 1er novembre. Le texte concerne les salariés qui ont commencé à travailler dès 17, 18 ou 19 ans et ont rempli leurs 41 ans (ou 41,5 ans, selon l'année de naissance) de cotisations. Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales, a précisé que deux nouveaux aménagements étaient prévus pour la comptabilisation des trimestres de cotisation. Le dispositif inclut désormais deux trimestres supplémentaires pour les chômeurs et deux trimestres supplémentaires pour les mères de trois enfants ou plus. 110 000 à 120 000 nouveaux bénéficiaires sont concernés.

Financement

À l'horizon 2017, le coût devrait être de 3 milliards d'euros par an. Pour financer ce dispositif dit de carrières longues, le décret prévoit un relèvement de 0,2 point de cotisation pour 2013 (d'un montant de 0,1 point pour les employeurs et de 0,1 point pour les salariés), qui atteindra graduellement 0,5 point en 2017.

Les partenaires sociaux devraient être consultés une nouvelle fois dans les prochains jours.

La CGPME

La Confédération des petites et moyennes entreprises ne s'est pas fait attendre. Le jour-même, elle a publié un communiqué, dans lequel elle déplore "une erreur qui fragilisera l'équilibre financier du régime général et des complémentaires". Le syndicat patronal estime que dans une période économique difficile, l'augmentation des cotisations retraite pèsera sur le pouvoir d'achat des salariés et sur les charges des entreprises. La CGPME s'inquiète d'une réforme "prise à contre-courant des politiques menées par nos voisins européens, alors même que la situation des finances publiques françaises n'est pas meilleure".