Mon compte Devenir membre Newsletters

Liquidationsenchere.com : une sorte d'eBay pour les biens en liquidation !

Publié le par

Un nouveau site soumet aux enchères les actifs provenant de liquidations judiciaires. Pour bénéficier de ces "bonnes affaires", il faut tout de même s'armer de patience pour obtenir l'accord du liquidateur judiciaire et du juge-commissaire, une fois que vous aurez remporté les enchères.

gavel and laptop

gavel and laptop

Rendre accessible les bonnes affaires des procédures de liquidation d'entreprises à un large public, tel est l'objectif affiché de liquidationsenchere.com. Cette nouvelle place de marché agrège les offres provenant d'une centaine de sites de liquidateurs judiciaires, et les soumet aux enchères des internautes, personnes morales ou particuliers. Mais à la différence d'eBay, l'enchère n'est que la première étape dans la procédure d'acquisition du bien, et l'acheteur devra ensuite passer par la lourdeur du processus de liquidation judiciaire.

Comment ça marche ?

Après vous être acquitté de frais de fin d'enchères qui s'élèvent à 6 % du montant (3 % pour le matériel agricole), le site transmettra votre offre au liquidateur judiciaire, charge à vous de le contacter directement pour assurer le suivi de la vente si elle s'étire en longueur. Une fois que le liquidateur judiciaire a accepté votre offre, il lui faut ensuite la faire valider par le juge-commissaire auquel appartient la décision finale... Autant dire que la procédure risque de durer des mois compte-tenu de la réactivité légendaire des liquidateurs judiciaires et des juges-commissaires...

Quel intérêt ?

Échaudé par l'opacité de la liquidation judiciaire de sa propre entreprise, le fondateur d'origine américaine, Bob Adler, a voulu rendre cette procédure plus transparente au bénéfice conjoint des entrepreneurs en faillite qui pourraient tirer un meilleur prix de leurs actifs mis en concurrence et des acheteurs "non initiés" qui pourraient avoir accès aux opportunités des ventes à prix cassés. La place de marché, lancée en mai, recense aujourd'hui quelque 35°000 offres mais ne dispose pas encore de statistiques sur les ventes.

Si l'initiative a le mérite de sortir d'une certaine opacité les biens mis en liquidation judiciaire, elle reste cantonnée à un rôle de site vitrine qui ne vous économise en rien les démarches fastidieuses liées à un tel process. Le jeu n'en vaut la chandelle que pour des biens présentant une forte décote.