Mon compte Devenir membre Newsletters

Sommes-nous encore contraints de prendre les transports pour travailler ?

Publié le par

Faut-il continuer à prendre les transports pour aller travailler à l'heure où la plupart des travaux dans le secteur des services peuvent être effectués à distance ? La question de la nécessité d'effectuer un travail domicile-travail prend désormais tout son sens, car le travail flexible est aujourd'hui une réelle opportunité.

Les déplacements pour se rendre au travail sont souvent d’un grand inconfort et représentent surtout un gaspillage de temps important pour nombre de français (le temps de trajet quotidien moyen des français est d’1h et plus d’1h30 pour un quart des salariés de grandes métropoles). Aujourd’hui, ces déplacements sont encore moins défendables pour une raison essentielle : ils sont clairement néfastes pour l’environnement.


Pourtant, dans les plus grandes villes du monde, voyager pour se rendre au travail est une réalité quotidienne, que ce soit en train ou en voiture, faisant des travailleurs des victimes des inévitables embouteillages ou des trains et métros bondés aux heures de pointe. En France, la ligne A du RER atteint un taux de fréquentation proche de la saturation avec plus d’1 million de passagers par jour ! Un record mondial d’affluence souvent synonyme de stress pour les usagers.


La grande question est ainsi de savoir s’il est possible pour chacun, quel que soit le mode de transport choisi, d’éviter un trajet domicile-travail qui n’a plus forcément de justification objective. A cet égard, il y a un ou deux signes encourageants. Dans plusieurs villes, on s’aperçoit que le développement de la flexibilité au travail a pour effet de lisser les heures de pointe. Au lieu d’une heure d’embouteillage le matin et le soir, la circulation est aplanie sur une plus longue période.


Mais ne nous voilons pas la face. Ce ne sont que des gouttes d’eau dans l’océan. Si les pics de pollution sont peut-être moins élevés qu’auparavant, il y cependant peu d’indices tangibles qui confirment une réduction globale des voyages quotidiens. Remettre en cause les trajets n’est pas seulement une question d’écologie, c’est aussi une question de logique économique. Il y a quelques mois, nous avons lancé une étude portant sur plus de 11 000 entreprises. Elle a révélé que près d’un cinquième des personnes interrogées envisageaient de quitter leur emploi en raison du temps de leurs déplacements quotidiens alors que ces mêmes personnes ont également souligné qu’elles appréciaient leur travail. Quel paradoxe !


Les nouvelles technologies nous permettent aujourd’hui d’être connectés à nos mails en permanence, ainsi qu’à l’ensemble des ressources informatiques de nos sociétés, nous ne sommes donc plus attachés physiquement à notre bureau. Les évolutions en matière de réunions à distance, portées par la vidéocommunication, la téléprésence ou internet (skype, etc.) sont également entrain de bouleverser les modes de réunions classiques avec un vrai impact positif sur l’environnement.


De grands progrès peuvent être réalisés dans la réduction des déplacements imposés par les entreprises à leurs collaborateurs grâce notamment au recours au télétravail, aux télécentres et centres d’affaires. Et très souvent les entreprises n’ont plus un seul et unique siège mais plusieurs, ce qui permet à leurs collaborateurs d’utiliser des espaces de travail à proximité de leur domicile.


Pour conclure, les trajets doivent être réduits, ils sont néfastes pour les affaires et néfastes pour la planète. Il faut pour cela que les chefs d’entreprises fassent preuve d’initiative, que l’Etat fasse preuve de volontarisme et que chacun fasse preuve d’imagination. Nous regarderons, dans quelques décennies, ces anciennes images d’embouteillages aux heures de pointe et nous nous dirons à nous-mêmes « Ils étaient vraiment dingues à l’époque ! ».