En ce moment En ce moment

Business : les brocantes d'après-divorce séduisent les Californiennes

Publié par le

L'entrepreneure Jill Alexander fait recette grâce au divorce. Son idée : permettre aux Californiennes qui le souhaitent de se séparer des objets qui leur rappellent leur ex-conjoint.

  • Imprimer

L’idée lui est-elle venue en observant les déboires sentimentaux des people ? Jill Alexander, entrepreneure de 37 ans, a imaginé un nouveau concept de ventes spécialisées : les “brocantes post-divorce”. Leur objectif ? Permettre à toutes les riches californiennes qui le souhaitent de se séparer des objets qui leur rappellent leur ex-conjoint, tout en gagnant un peu d’argent. Et les clientes amatrices de produits de luxe sont, elles, ravies de dénicher de bonnes affaires, à moindre coût. Baptisée “Divorcee sale” (les soldes des divorcés), l’entreprise de Jill Alexander organise des rencontres dans des endroits branchés de Los Angeles, où les “jeunes divorcées” revendent leurs vêtements, bijoux et sacs à main des maisons les plus prestigieuses. Jill Alexander prend un pourcentage sur les ventes, dont une partie est reversée à des œuvres de charité. Ancienne styliste, elle espère rapidement conquérir New York, avant d’exporter le concept à travers tous les États-Unis.

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet

Marketing - Vente

Par Amélie Moynot

La Camif, PME spécialisée dans de le mobilier, lance en juillet 2018 une marque de produits à impact positif. Retour sur le parcours de développement [...]

Marketing - Vente

Par Pierre Lelièvre

Durant deux mois, la rue du Vertbois à Paris a accueilli l'initiative "La Rue du Made in France" visant à promouvoir le "fabriqué en France" [...]