Export : l'Europe, terrain de jeux préféré des TPE - PME françaises

Publié le par

Sans surprise, l'Europe reste le continent le plus convoité par les TPE et PME exportatrices, selon la troisième édition du baromètre "PME, les clés de l'export" réalisé pour UPS et la CGPME. Les PME exportent en moyenne dans 4,4 zones géographiques, contre 3,4 pour les TPE.

L'Europe est une zone privilégiée par les TPE-PME pour l'export.

L'Europe est une zone privilégiée par les TPE-PME pour l'export.

L’Europe reste une zone de prédilection pour près de la totalité des entreprises (91 %) réalisant plus de 5 % de chiffre d'affaires à l'export, selon la troisième édition du baromètre "PME, les clés de l’export"* réalisé pour UPS et la CGPME par TNS Sofres et publié le 20 novembre 2012. Les entreprises du secteur industriel sont particulièrement attachées au vieux continent : elles sont 97 % à exporter dans cette zone. Les PME ont une stratégie de diversification géographique plus avancée que les TPE : elles sont présentes à 57 % en Afrique du Nord (36 % pour les TPE) et à 44 % au Moyen-Orient (27 % des TPE). Au total, les PME exportent en moyenne dans 4,4 zones géographiques, contre 3,4 pour les TPE.

« Le caractère de proximité de l'Europe avec un marché intérieur et une zone de monnaie unique encourage les patrons exportateurs à en faire leur sphère préférée d'affaires. C'est un signe encourageant qui prouve la solidité des relations dans la zone, mais cela ne les aide pas à aller chercher de la croissance », indique Jean-François Roubaud, président de la CGPME.

Les TPE et PME françaises attendent des mesures de la part du gouvernement sur les questions liées à l’export. Le principe de réciprocité apparaît à 90 % comme une mesure prioritaire, impliquant le respect des mêmes règles du jeu et des opportunités équivalentes dans l’accès aux marchés pour les entreprises. 85 % des TPE et PME françaises sont favorables à une exonération d’impôt sur les sociétés au titre du chiffre d’affaires réalisé à l’export, mesure qui pourrait favoriser le développement international des entreprises primo-exportatrices notamment. 73 % d’entre elles approuvent le principe d’un contrat de génération entre entreprises : un cadre expérimenté d’une grande entreprise met son expertise internationale au service d’une jeune entreprise. Enfin, les TPE-PME sont 70 % à appeler à une dérogation à la loi LME sur les délais de paiement pour les contrats à l’export.

Méthodologie : Échantillon : 410 dirigeants d’entreprises de 0 à 250 salariés, avec une activité à l’export représentant plus de 5 % de leur chiffre d’affaires et exportant depuis plus d’un an. Enquête réalisée par téléphone du 20 septembre au 3 octobre 2012.

Un label pour que les clients vous choisissent en toute confiance

Gérer ses déchets, l'une des clés pour gagner en compétitivité