Mon compte Devenir membre Newsletters

Export: les quatre secteurs où les entreprises françaises peuvent gagner des parts de marché

Publié le par

Mieux se nourrir, mieux se soigner, mieux vivre en ville et mieux communiquer, tels sont les secteurs identifiés comme porteurs à l'international, par la DGT. Pour chaque secteur, des pays cibles sont également déterminés. Les actions du gouvernement porteront sur ces marchés prioritaires. Zoom.

Export: les quatre secteurs où les entreprises françaises peuvent gagner des parts de marché

Dès son arrivée au gouvernement, Nicole Bricq, ministre du Commerce extérieur, a commandé une étude, à la Direction générale du Trésor, pour identifier les couples produits/marchés où le potentiel d’exportations est sous-utilisé et où les gains à attendre d’une mobilisation collective sont les plus forts.

Cette étude vient d'être dévoilée. Elle met en lumière quatre secteurs avec, pour chacun d'eux, les pays à cibler.

  • “Mieux se nourrir”: qualité et diversité des produits, sécurité et traçabilité alimentaire, diététique, mais aussi équipements agricoles ou destinés à l’industrie agroalimentaire...

Parmi les pays cibles: Chine, États-Unis, Japon, Allemagne, Royaume-Uni, Belgique, Pays-Bas, Corée du Sud, Pologne, Canada, Émirats Arabes Unis, Russie, Tunisie, Maroc, Algérie, Brésil, Singapour, Arabie saoudite, Kazakhstan, Ukraine et Mexique

  • “Mieux se soigner”: pharmacie, dispositifs et équipements médicaux, parapharmacie et cosmétique, services de santé...

Parmi les pays cibles: Chine, États-Unis, Allemagne, Royaume-Uni, Japon, Corée du Sud, Pologne, Russie, Turquie, Algérie, Brésil et Inde.

  • “Mieux vivre en ville”: ingénierie urbaine, architecture, construction et efficacité énergétique, matériels et services environnementaux, transports urbains.

Parmi les pays cibles: Chine, Inde, États-Unis, Indonésie, Vietnam, Brésil, Russie, Allemagne, Pologne, Algérie, Arabie saoudite, Maroc, Turquie et Émirats Arabes Unis.

  • “Mieux communiquer”: logiciels, numérique embarqué, composants et produits électroniques à haute valeur ajoutée, sécurité, e-services.

Parmi les pays cibles: Chine, États-Unis, Corée du Sud, Allemagne, Royaume-Uni, Mexique, Brésil, Japon, Russie, Inde et Qatar.

Les différents acteurs français de l'export vont être mobilisés autour des ces quatre secteurs prioritaires. Nicole Bricq concentrera ses déplacements dans les pays cibles et sera accompagnée d’entreprises de ces secteurs d'activité. Les entreprises pourront mettre en place des plans d’action à l’international dans le cadre des comités stratégiques de filière. Les régions, en lien avec les partenaires de l’export (chambres consulaires, Ubifrance...), prépareront pour la fin du 1er trimestre 2013 des plans régionaux d’internationalisation des entreprises afin de mieux repérer et porter sur les marchés internationaux les entreprises en capacité de le faire.
Ubifrance, en plus d’un accompagnement sur mesure pendant trois ans des entreprises exportatrices, mettra en place des référents pour chacun de ces quatre secteurs prioritaires ainsi que des référents Sopexa et Adepta, et ce, dans chaque pays cible. 60% des opérations du programme France export 2013 concerneront les cibles prioritaires.

L’augmentation de 7% de nos parts de marché dans ces quatre grands secteurs permettrait d’atteindre l’objectif fixé [Le retour à l’équilibre de la balance commerciale française, hors énergie, NDRL] au terme du quinquennat, assure Nicole Bricq par voie de presse. Aux côtés de nos grandes filières classiques (luxe, automobile, aéronautique, énergie…), ces nouvelles priorités seront donc au centre de la stratégie française pour l’export. Un milliard de plus à l’export, c’est 10 000 emplois en France.

Pour développer les exportations françaises, d'autres pistes sont retenues comme la remise à niveau des financements export, l'augmentation de 25% du nombre de Volontaires internationaux en entreprises (VIE), l'accompagnement dans la durée via la Banque publique d’investissement de 1 000 PME et ETI innovantes…

Source: communiqué de presse du ministère du Commerce extérieur, 3 décembre 2012.