Mon compte Devenir membre Newsletters

La filière photovoltaïque en surchauffe

Publié le par

Pour les professionnels du photovoltaïque, il s'agit d'un coup d'arrêt porté à la filière. Le gouvernement vient de publier au JO deux arrêtés fixant un nouveau cadre réglementaire au secteur.

Des prix d’achat inférieurs au prix en vigueur d'environ 20 %. Désormais, le tarif pour les particuliers qui souhaiteraient installer des panneaux solaires passe de 0,58 € le kWh à 0,46 €. Le 4 mars, le gouvernement a publié au Journal officiel deux arrêtés fixant un nouveau cadre réglementaire au secteur. Une aberration économique pour les industriels, qui craignent pour leur avenir.

25 000 emplois en péril

Des dizaines de professionnels se sont rassemblées en début de semaine à proximité du Palais de l'Élysée à Paris pour demander au gouvernement de “revoir sa copie”. La filière craint en effet de voir de nombreux industriels mettre la clé sous la porte en raison du manque à gagner lié à la baisse immédiate des tarifs. “Dans l’état actuel du projet de texte, plus de 25 000 emplois seraient détruits d’ici l’année prochaine”, estime le Syndicat des énergies renouvelables, dans un texte cosigné avec 15 autres organisations.

Pourquoi une telle décision de la part du gouvernement ? Porté par le Grenelle de l'environnement et un engouement populaire, le photovoltaïque a en effet enregistré une croissance rapide ces dernières années, au point d’apparaître en “surchauffe” à la fin 2010 et de craindre la formation d’une bulle spéculative. Si le ministère de l'Écologie ne pouvait que se féliciter d'avoir atteint ses objectifs, il avait déjà émis quelques réserves en fixant en décembre dernier un moratoire de trois mois sur les projets de plus de 3 KWc.