En ce moment En ce moment

Les BigBoss s'imposent sur l'événementiel BtoB

Publié par le - mis à jour à
Les BigBoss s'imposent sur l'événementiel BtoB

Initiés par Digilinx, les événements Les BigBoss sont devenus des temps forts incontournables de l'écosystème digital. Huit ans après sa création, Digilinx espère étendre son champ d'action, à encore plus de secteurs et à l'international

Je m'abonne
  • Imprimer

" Je connais bien l'univers du digital, j'ai un bon réseau et les gens me font confiance. " Le point de départ des BigBoss semble presque simpliste. Si aujourd'hui, ces événements de networking réunissent 600 participants à chaque opus, il a fallu compter sur l'esprit fertile de son fondateur Hervé Bloch pour lancer le mouvement.

Celui-ci se lance à l'origine dans le job dating. En 2011, ce n'est pas nouveau, mais Digilinx, maison-mère des BigBoss, apporte d'emblée au concept une dimension conviviale. Ajoutez à cela la vision d'un entrepreneur qui, après une carrière dans le digital marketing, maîtrise toute la puissance de feu des réseaux sociaux, sans oublier que rien ne remplace le contact humain. La formule prend, le taux de conversion parle pour lui (environ 30 % en 10 événements). Au point de concevoir au bout de deux ans un format plus ambitieux : une centaine de têtes d'affiche du digital - e-commerce et une vingtaine de sponsors réunis pour un week-end dans les Alpes.

Des formats pour tous les pros

Avec son juste dosage entre le pro et le festif, " les BigBoss font du ski " est un succès. Suite logique : une édition estivale est lancée six mois plus tard. " Cette vie en communauté pendant trois jours crée des relations bien plus profondes qu'un congrès classique. Les moments informels instaurent de puissants liens en termes de conversion ", assure le dirigeant qui admet pour autant l'aspect clivant de la formule, tout le monde n'étant pas prêt à entretenir son réseau en maillot de bain ou en chasse-neige !

Ce qui n'empêche pas le développement de s'accélérer. Pour les deux rendez-vous annuels, le format passe à 200, 400 puis 600 convives et les décideurs sont nombreux à frapper à la porte. " Sur 1 000 demandes, nous en sélectionnons un tiers sur des critères précis : budget, niveau de décision, besoins, projets et taille de l'entreprise. " Car, seule similitude avec le modèle économique d'un salon, les BigBoss sont invités (et participent aux événement suivants s'ils signent des deals), ce sont les prestataires-sponsors qui mettent la main au portefeuille.

La stratégie est gagnante. Digilinx réalise 100 % de croissance depuis 2013. À partir de 2016, le concept se décline en dîners (chez Hervé Bloch, façon Ardisson). Viennent ensuite les verticales, sur un ou deux jours, par industrie (tourisme, retail, mode-beauté, banques-assurances, automobile...), puis par fonction (expérience client, DSI-CTO...).

L'international dans le viseur

La palette se compose aujourd'hui d'une cinquantaine d'événements et s'ouvre à d'autres domaines que le digital, avec les RH, les achats, l'IT, la communication-marketing... Seule diversification manquante : l'international, avec une priorité mise sur l'Europe. Pour cela, Hervé Bloch a une vision bien précise de la stratégie à adopter : " J'ai pu lancer les BigBoss car j'évoluais depuis 15 ans dans l'univers du digital. Pour se développer à l'international, il est plus pertinent d'aller chercher des partenaires locaux qui ont déjà une notoriété. "

Pour l'accompagner dans cette croissance, Montefiore Investment mise, en septembre 2019, 18 millions d'euros dans les BigBoss. Un levier qui permettra de soutenir d'autres objectifs : le recrutement de talents et d'un DG, d'autres thématiques (juridique, immobilier...) et le développement des actifs technologiques de la société, à commencer par son algorithme de matching entre annonceurs et prestataires.

Digilinx
Activité : génération de leads
Ville : Puteaux (Hauts-de-Seine)
Dirigeant : Hervé Bloch, 43 ans
Année de création : 2011
Forme juridique : SAS
Effectif : 25 salariés
CA 2018 : 6M€

Je m'abonne

La rédaction vous recommande

Digilinx, maison-mère des "Big Boss", lève 18 millions d'euros NetMedia Group se lance dans la formation et le recrutement avec adLearnMEDIA Geoffroy de Becdelièvre (CEO de Marco Vasco) : "Le mobile est notre premier canal d'audience" La Pelucherie: recréer une marque forte grâce au digital

Agathe Jaffredo

Céline Tridon,<br/>rédactrice en chef Céline Tridon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque matin, l'essentiel de l'actu

Chef d'Entreprise Newsletter

Artisans Newsletter

Commerce Newsletter

Event

Event

Event