En ce moment En ce moment

Les femmes entreprennent plus, mais des obstacles subsistent

Publié par le - mis à jour à
Les femmes entreprennent plus, mais des obstacles subsistent

Jeudi 6 juin 2019 à Paris, plusieurs centaines de femmes entrepreneures sont venues prendre une bouffée d'inspiration lors de la journée "Make Her Day", organisée par le réseau Les Prem1ères. La matinée a été l'occasion de dresser un bilan de l'entrepreneuriat féminin en France. Reportage.

Je m'abonne
  • Imprimer

Jeudi 6 juin 2019 au matin, l'auditorium du ministère de l'Économie et des Finances vibre de discussions animées. 300 femmes entrepreneures sont venues assister à Make Her Day, l'événement annuel des Prem1ères, premier réseau français d'incubateurs dédié au soutien à l'entrepreneuriat féminin. " Make Her Day a été créé pour inspirer les femmes dans l'entrepreneuriat. Depuis plus de 14 ans, nous en accompagnons plus de 3 000 en ce sens ", lance en discours d'ouverture, Chrystèle Gimaret, présidente des Premi1ères et CEO d'Artupox international, une entreprise de nettoyage éco-responsable. Elle est rejointe sur scène par Laure Manaudou, multi-championne du monde de natation et Laure Gauzet, gagnante de l'émission Koh-Lanta en 2008. Tous deux marraines de l'événement, elles ont monté ensemble Défi d'Elles, une start-up qui organise des raids sportifs féminins. Une partie des fonds récoltés sont reversés à la fondation Keep A Breast Europe, qui sensibilise les jeunes à l'adoption d'un mode de vie sain et fait de la prévention pour le cancer. " Il faut que les femmes osent se réaliser dans leurs rêves, il n'y a pas de raisons ! " s'exclame, concise, Laure Manaudou.

Plus d'entrepreneures en France mais...

Présentation faite, une table-ronde s'engage. " Comment se porte l'entrepreneuriat des femmes en France aujourd'hui, quels sont ses enjeux ? ", lance son animatrice. Présente dans le panel, Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie partage sa réponse : " 39 % des créateurs d'entreprises individuelles sont des femmes, Il n'y a pas de parité encore, mais c'est une amélioration par rapport à il y a dix ans. 69 % des femmes considèrent que la création d'entreprise est plus épanouissante que le salariat. Il y a désormais un boulevard qui s'ouvre pour les entrepreneures mais celles qui décident de se lancer sont encore trop peu nombreuses. " Pourtant, rappellent au fil du débat les intervenantes, les dispositifs de financement à l'entrepreneuriat féminin ne manquent pas en France. La banque BNP Paribas lui a alloué 2 milliards d'euros de fonds, tandis que BpiFrance accompagne de nombreuses femmes souhaitant se lancer. Côté institutionnel, un plan " Entreprendre au féminin " a démarré en 2013. Des dispositifs de sensibilisation et d'information pour les créatrices d'entreprises n'ont jamais autant maillé les collectivités territoriales. La Loi Pacte adoptée définitivement par le Parlement mi-avril, prévoit aussi des mesures en faveur du statut des femmes en entreprise. Le texte " invite " par exemple les comités de direction à appliquer la parité femmes-hommes dans la nomination de leurs membres. Les femmes travaillant au côté de leurs maris chefs d'entreprise seront désormais considérés d'office comme " conjointes-salariées ", un statut qui leur procurera des droits à la retraite, au chômage ou à une protection sociale renforcée.

"Auto-censure"

Malgré l'évolution des mentalités, les exemples nombreux de femmes entrepreneures qui réussissent et les dispositifs de soutien dédiés, quels sont les freins rencontrés par les créatrices d'entreprises françaises ? Chrystèle Gimaret répond, la mine grave :" L'auto-censure... L'environnement a beau être plus favorable pour les femmes souhaitant entreprendre, beaucoup hésitent à se lancer par manque de confiance en elles. Aussi, l'entourage proche ou la famille parfois les découragent, par fatalisme et manque de vision. Pourtant, une femme peut mener de front sa vie familiale et professionnelle. C'est possible. De nombreuses entrepreneures le font. Il n'y a plus à se poser la question. "

Et Anne-Charlotte Fredenucci et présidente du groupe Ametra, spécialisé dans les pièces électroniques de l'aéronautique, de rebondir durant le débat : " C'est pourquoi il est important que les femmes entrepreneures soient soutenues et accompagnées durant leur parcours. Pour lutter contre cette auto-censure, il faut se fédérer et partager nos expériences pour s'inspirer mutuellement. C'est ce qu'on fait aujourd'hui à Make Her Day. Aussi, et ça, il faut être radicale, dès qu'un homme fait preuve de machisme dans le milieu professionnel, il faut le recadrer direct ! Ne pas laisser passer. C'est le respect. "

La conférence de la matinée se termine. Les participantes se précipitent à leur atelier " hardskills ". " C'est pour devenir des couteaux suisses de l'entrepreneuriat. Il nous faut toutes les compétences pour réussir. Hommes ou femmes, les défis de l'entrepreneuriat sont les mêmes ! " confie une participante à sa voisine de droite. C'est " leur " journée.

Je m'abonne
Céline Tridon,<br/>rédactrice en chef Céline Tridon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque matin, l'essentiel de l'actu

Chef d'Entreprise Newsletter

Artisans Newsletter

Commerce Newsletter

Event

Event

Event

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet

Actualités

Par Mathieu Viviani

Selon une étude de la Fédération des Entreprises et Entrepreneurs de France (FEEF) et du cabinet de conseil Occurrence, les PME bénéficient [...]