80% des salariés souhaitent télétravailler

Publié par le - mis à jour à
80% des salariés souhaitent télétravailler

Le télétravail concernait 7,5% des salariés avant le confinement, ils sont désormais 80% à vouloir l'adopter après la crise. Publiée le mardi 6 octobre 2020, une enquête menée par Kardham a souhaité identifier l'impact de la crise sanitaire sur l'environnement de travail.

Je m'abonne
  • Imprimer

La crise sanitaire a révélé l'engouement des Français pour le travail à distance. En effet, dans l'étude " L'Impact de la crise sanitaire sur l'environnement de travail " publiée le mardi 6 octobre 2020 par le spécialiste de l'immobilier professionnel Kardham, 80% des répondants souhaitent télétravailler de manière régulière. Ils n'étaient que 7,5% à utiliser cette pratique avant la crise sanitaire.

Le confinement s'est avéré une expérience positive, tant dans l'expérience de travail que dans les conditions et les rythmes mis en place, les Français ayant appris à mieux gérer leurs horaires (repas, pauses, etc.). Ils s'estiment plus productifs et plus concentrés.

La relation managériale elle aussi, s'est vue renforcée pendant la crise sanitaire, car 80% des répondants ont constaté un fort soutien de leur direction.

Les points noirs du confinement

Néanmoins, quelques points négatifs sont mis en avant, à l'image de la dynamique d'entreprise, fortement compromise durant cette période exceptionnelle. Effectivement, 61% des sondés ont trouvé qu'ils échangeaient exclusivement avec leurs équipes et très peu avec les autres. Un fait qui atteste de la difficulté de mener un management transversal à distance.

Par la même occasion, les dynamiques collectives ont elles aussi décru. 66% des répondants souhaitent désormais un management plus individualisé.

Les managers, quant à eux, sont sortis épuisés de cette période, souvent impactés par une mauvaise gestion du rythme de télétravail.

Autre hic que nous enseigne cette étude, la porosité entre la vie personnelle et professionnelle. 47% des répondants indiquent avoir eu peu de sollicitations, 30% ont considéré leurs journées interminables durant le confinement et 39% ont indiqué une augmentation des interruptions personnelles.

Les inégalités du télétravail

La gent féminine semble avoir mieux géré cette période à domicile et s'est déclarée plus autonome. Du côté des 18-30 ans, la crise sanitaire a été une expérience plutôt positive contre toute attente. Plus que l'âge des répondants, les perceptions se sont davantage polarisées entre la catégorie des parents et celle des non parents.


La situation géographique a elle aussi joué sur la perception du confinement. Effectivement, des Franciliens estiment avoir été plus à l'aise en télétravail que ceux en région. Le gain de temps de transport a largement contribué à cette perception. À noter que le télétravail était davantage pratiqué en région parisienne qu'ailleurs en France, avant la crise.

Le travail à distance est en voie de s'imposer dans les politiques RH des entreprises, avec un renfort de la multispatialité du travail, devenue une réalité avec le temps. Même s'il est au goût du jour, les échanges entre collègues continuent à faire du bien au moral et la table du salon n'est pas vraiment le meilleur bureau qui soit. Il y a encore des progrès à faire pour trouver le bon équilibre.

*Méthodologie : l'étude a été menée de mars à août 2020, les résultats sont basés sur les réponses d'un échantillon de 3050 collaborateurs de 8 entreprises basées en France à la date du 30 août 2020.
Je m'abonne

La rédaction vous recommande

Julien Ruffet

Céline Tridon,<br/>rédactrice en chef Céline Tridon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque matin, l'essentiel de l'actu

Chef d'Entreprise Newsletter

Artisans Newsletter

Commerce Newsletter

Event

Event

Event

Les Podcasts de Chef d'Entreprise

Sur le même sujet

Télétravail

Par Elsa Cuisinier, directrice générale de Colombus Consulting

La période de confinement a permis d'expérimenter le télétravail à grande échelle. L'expérience a séduit, les préjugés sont tombés et les Français [...]