En ce moment En ce moment

5 biotech qui s'attaquent au cancer

Publié par Pierre Lelièvre le

À l'occasion des 3e Rencontres internationales de biotechnologies (RIB) en immuno-oncologie, Bpifrance a sélectionné vingt start-up de la biotech qui s'attellent à trouver une solution thérapeutique contre le cancer. Rencontre avec cinq d'entre-elles.

Je m'abonne
  • Imprimer
© Claire Lépinoux-Chambaud, Joël Eyer et Louis-Marie Bachelot de Gliocure Gliocure

Basée à Angers, la start-up Gliocure s'attaque au glioblastome, la tumeur du cerveau la plus courante et la plus agressive. Elle cause environ 200 000 décès à travers le monde chaque année. Un défi pour lequel Louis-Marie Bachelot (président) et Claire Lépinoux-Chambaud (directrice générale et responsable scientifique) ont constitué un board scientifique et médical, présidé par Joël Eyer, cofondateur, directeur de recherche à l'Inserm et inventeur de la molécule GC01. "Nous développons un médicament qui a vocation à devenir une composante du traitement standard pour les patients atteints de glioblastomes opérables, présente Claire Lépinoux-Chambaud. C'est un peptide antimitotique qui détruit spécifiquement les cellules de glioblastome sans affecter les cellules saines".

Actuellement au seuil préclinique non réglementaire - l'étape précédant les essais cliniques sur l'homme -, les fondateurs visent une administration locale de leur produit au moment de la chirurgie pour éliminer les cellules tumorales résiduelles et les cellules-souches de glioblastome.

Avant de trouver un partenaire industriel pour le développement clinique et la commercialisation du médicament, Gliocure doit avant tout poursuivre son travail de développement préclinique et pharmaceutique. Un parcours qui passe par la recherche de financements à chaque étape. Après les 400 000 euros engagés en pré-amorçage, la phase d'autorisation d'essais cliniques nécessitera près de 2,5 millions d'euros supplémentaires. "Les premiers essais sur l'homme nécessiteront encore près de 6 millions d'euros d'ici deux à trois ans", précise Louis-Marie Bachelot. Un long chemin qui pourrait aboutir à une autorisation de mise sur le marché du médicament d'ici huit à neuf ans, si tout va bien.

GLIOCURE
Oncologie
Angers
Louis-Marie Bachelot, 41 ans (p) et Claire Lépinoux-Chambaud, 32 ans, (dg)
SAS > Création en 2016 > 1 salarié
CA 2017 : NC
@GlioCure


Pierre Lelièvre

Pierre Lelièvre

Journaliste

Depuis juin 2016, je suis journaliste pour Chef d’Entreprise, Commerce magazine, Artisans mag’. Intéressé par le monde de l’entreprise, j’écris sur tous [...]...

Voir la fiche
Céline Tridon,<br/>rédactrice en chef Céline Tridon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque matin, l'essentiel de l'actu

Chef d'Entreprise Newsletter

Artisans Newsletter

Commerce Newsletter

Event

Event

Event

Les Podcasts de Chef d'Entreprise

Lifestyle Chef d'Entreprise

Artisans Offres Commerciales

Chef d'Entreprise Offres Commerciales

Commerce Offres Commerciales

l'Essentiel by NMG

Sur le même sujet