En ce moment En ce moment

Entreprendre à l'ouest, cap sur la Bretagne

Publié par le - mis à jour à
Entreprendre à l'ouest, cap sur la Bretagne

Avec une LGV plaçant Rennes à deux heures de la capitale, c'est le potentiel business du territoire breton et certains poumons économiques qui s'ouvrent à des décideurs prêts à mettre le cap à l'ouest. Rencontre avec ces entrepreneurs qui ont fait de la Bretagne une terre de PME.

Je m'abonne
  • Imprimer

Ils étaient plus de 500, fin septembre, à la soirée prospective " L'entreprise et le monde en 2052 ", temps fort du salon Entreprendre dans l'Ouest, qui attire chaque année à Rennes près de 8 000 dirigeants actifs ou futurs. Une affluence qui témoigne d'un dynamisme entrepreneurial et d'une vision tournée vers le large. Parrain de cette 22e édition, Matthieu Beucher, CEO de Klaxoon, éditeur de solutions de travail collaboratif, évoque son parcours : " En 2006, après une expérience professionnelle en Allemagne, j'ai voulu revenir sur le territoire rennais pour créer mon entreprise. Pendant trois ans, j'ai réuni les éléments nécessaires : un écosystème télécom robuste, des experts métier. Puis, nous lançons Klaxoon en 2015 qui, en quatre ans, depuis la province, devient un champion international, sélectionné pour faire partie du Next40, aux côtés des géants de la tech. " Un exemple, presqu'un symbole.

Nature et stratégie

Au-delà de la carte postale iodée - avec sa large façade maritime, ses paysages préservés, ses produits de la mer et de la terre -, la Bretagne s'affiche comme un territoire de business.

Région d'excellence pour l'agriculture, la pêche et le tourisme, elle construit depuis 2014 une économie innovante baptisée la " Glaz économie ", du nom breton désignant une couleur mêlant le bleu (pour le marin), le vert (de l'agri-agro) et le gris (le numérique). Onze filières structurantes ont été identifiées : l'alimentaire, le secteur naval-nautisme, le tourisme, le numérique, l'automobile et la défense qui bénéficient d'un accompagnement dans leur mutation ; les biotechnologies, les énergies marines renouvelables, le bâtiment/éco-construction, les éco-activités et la santé qui font l'objet d'efforts renforcés pour accélérer leur développement.

Buts de la manoeuvre : créer un effet d'entraînement sur la compétitivité de l'économie bretonne, une ouverture à l'international et la performance industrielle locale, sans oublier l'emploi. À ce jour, 150 entreprises sont engagées dans la démarche, de Blue Solutions qui fabriquent les batteries des véhicules électriques du groupe Bolloré à la TPE spécialisée dans la culture et la récolte d'algues marines.

Parallèlement, la Région organise sa Breizh Cop (sur le mode de la COP21), une concertation citoyenne sur son avenir à l'horizon 2040. Environnement, mobilités, équilibre entre les départements... Plus de 5 000 propositions ont été adressées, lesquelles serviront de base pour le futur schéma d'aménagement du territoire. " Nous devions répondre à une loi, mais finalement nous allons construire nos propres règles, fidèles à notre esprit d'indépendance [...], déclare Loïg Chesnais-Girard, président de la Région Bretagne, lors du congrès Breizh Cop de Saint-Brieuc en juin 2019. Nous ouvrons une nouvelle voie qui ne passera que par le collectif, les pouvoirs horizontaux et les solidarités. "

Séduire et accompagner

Les candidats n'ont donc plus qu'à enfiler leur ciré ! Comme les y invitent des dirigeants et représentants costarmoricains via la campagne " Faites l'Armor avec nous ", qui met en avant leur enviable équilibre vie privée-vie pro.

Autre illustration de l'esprit solidaire breton, le réseau des ambassadeurs animé par l'agence Finistère 360° qui permet de lier les acteurs locaux (entreprises, professionnels du tourisme, associations...), de faire rayonner le territoire et de gagner en visibilité grâce à des outils de communication.

Concrètement, la Région engage 60 à 70 millions par an d'aides aux TPE, PME et start-up (300 entreprises accompagnées par an en aides directes), essentiellement en avances remboursables. Elle accompagne également les porteurs de projet (hors secteurs agricole et pêche) à travers une palette d'aides (Pass'Création), définies en fonction des besoins au cours des étapes de montage et de structuration financière, voire en soutien post-création pour la gestion et le développement de l'affaire. Et, parce que d'une bonne implantation peut dépendre le succès d'une entreprise, les CCI bretonnes ont lancé en juin 2019 Immo'Entreprise Bretagne, un portail web d'opportunités immobilières. Quant aux projets atypiques en lien avec la Glaz économie, le fonds de co-investissement Breizh Immo initié par la Région permet à de jeunes entreprises de s'installer.

Témoignage

" J'ai fait le choix d'une région dynamique "

Édouard Lefébure, dirigeant de E-Loft / Pincemin

Lorsqu'Édouard Lefébure cherche à poser ses valises, après un début de carrière au Venezuela et en Normandie, ses critères sont bien définis : " Nous faisons le choix des Côtes d'Armor pour son environnement maritime, un accueil simple et chaleureux et une région dynamique côté business ", confie cet ancien ingénieur du groupe Lafarge. Du dynamisme, il en a fallu pour reprendre la société de menuiserie et charpente traditionnelle Pincemin. En 2012, la donne change : " Avec mon associé Philippe Roué, l'idée était de trouver un relais de croissance par l'innovation. Nous lançons donc la gamme E-loft , des maisons à ossature bois, modulaires, fabriquées en usine. "

Les entrepreneurs trouvent les aides nécessaires : un financement pour la réhabilitation d'un bâtiment ancien via l'agglomération de Saint-Brieuc et des avances remboursables via la Région Bretagne pour la création d'emplois. Selon Édouard Lefébure, le marché de l'habitat modulaire permet de résoudre les contraintes de coût, délais, défauts de qualité liées à la construction traditionnelle. " Nous pensons que ce mode constructif occupera une place importante dans les prochaines années. " Preuve que l'initiative répond à une demande et que l'innovation mêlée à l'air breton a du bon : l'entreprise costarmoricaine a vu son chiffre d'affaires multiplier par six ces trois dernières années et pense garder cette croissance dans les trois années à venir.

Pincement / E-Loft
Construction ossature bois
Ploufagran (Côtes d'Armor)
Edouard Lefébure, 45 ans; Philippe Roué, 55 ans
SAS > Création en 2005
60 salariés
CA 2018 : 12 M€


Je m'abonne

La rédaction vous recommande

Klaxoon inaugure un nouveau lieu dédié au travail collaboratif Stratégie de croissance externe pour Hoppen qui lève 32 millions d'euros Quand le Finistère s'ouvre au monde avec créativité et gourmandise Quand les entreprises familiales font le pari d'ouvrir leur capital

Agathe Jaffredo

Céline Tridon,<br/>rédactrice en chef Céline Tridon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque matin, l'essentiel de l'actu

Chef d'Entreprise Newsletter

Artisans Newsletter

Commerce Newsletter

Event

Event

Event