En ce moment En ce moment

Wehome cherche à disrupter les ventes immobilières

Publié par le | Mis à jour le
Fabien Akunda et Benoit Raulin co fondateurs de Wehom
Fabien Akunda et Benoit Raulin co fondateurs de Wehom

Alors que le marché de l'immobilier est encore peu disrupté, la plateforme Web d'achat et de vente d'appartements affiche son ambition de s'imposer comme un nouvel acteur de référence, en proposant un service de A à Z.

  • Imprimer

Plateforme créée pour simplifier l'achat et la vente d'appartements dans Paris, Wehome commence par tisser sa toile dans la capitale, avant de s'étendre à l'Ile-de-France en 2019 et pourquoi pas aux principales métropoles régionales (Bordeaux, Lille, Lyon, Marseille, Nantes, Rennes, Toulouse). "Nous nous positionnons comme tiers de confiance entre l'acheteur et le vendeur et nous intervenons à chaque étape d'un processus que nous avons analysé et fluidifié en supprimant tous les points de blocage", explique Benoit Raulin, cofondateur, chargé de la gestion de la relation client. Le modèle économique de Wehome consiste en une commission de 3% sur le montant de la vente, payée par l'acheteur. "Moins cher que les tarifs pratiqués par les agences immobilières traditionnelles qui facturent leurs prestations entre 5 et 10 % à Paris", affirme Benoit Raulin.

Un service bien huilé

De la signature du mandat -Wehome est titulaire d'une carte professionnelle agent immobilier- au dépôt de l'offre par l'acheteur, en passant par la prise de rendez-vous pour la programmation des visites, toutes les étapes sont dématérialisées. "Nous faisons appel à un photographe professionnel afin de disposer de prises de vues de qualité et nous prenons soin de publier des annonces hyper détaillées, afin d'éviter au maximum les visites inutiles", ajoute le cofondateur, qui les gère lui-même et adresse en quasi temps réel un compte rendu à l'intéressé.

Wehome effectue les démarches préalables à la vente: collecte des documents auprès du syndic de copropriétaires, contact avec un partenaire pour l'établissement des diagnostics, mise en relation avec une banque, un notaire, une compagnie d'assurances... Une expérience client qui va jusqu'au financement d'une partie du déménagement du vendeur (500 euros).

99% des visites programmées honorées

Fondée à l'été 2017, la plateforme Wehome a vendu en quelques mois une dizaine d'appartements. "Avec 200 visites en un an, 99% des visites programmées réalisées, une offre proposée toutes les quatre visites, les KPI que nous surveillons sont bons", déclare Benoit Raulin, confiant dans l'avenir.

Ses projets pour 2019? "Une levée de fonds pour recruter et étendre l'activité", lâche le dirigeant. D'ici là, Wehome cherche à collaborer avec cinq commerciaux, rémunérés à la commission. Car la plus grande difficulté reste le sourcing. "Autant nous sommes satisfaits de nos premiers pas -nous parvenons à vendre les appartements et à générer de la satisfaction client- autant il est difficile de prospecter", confie Benoit Raulin.

Sur un marché où la demande est supérieure à l'offre, Wehome dispose déjà d'une base de données d'acheteurs et cherche donc des vendeurs. "Nous ciblons deux populations, les propriétaires trentenaires ou quadras, connectés, qui vendent des petites surfaces et des quinquas qui quittent la capitale, nous approchons la première par les réseaux sociaux et le Web et la seconde par relation et démarchage plus traditionnel", indique Benoit Raulin. L'objectif étant de cultiver "l'effet waouh" produit par une offre originale sur un marché aussi réglementé que concurrentiel et d'aller chercher plus tard de la croissance à l'étranger.

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet