En ce moment En ce moment

Publié par le | Mis à jour le

Je m'abonne
  • Imprimer

Le parcours peut être semé d'embûches à contourner. Laurent Levasseur, président du directoire de Bluelinea (100 salariés), entreprise de téléassistance, domotique, Ehpad à domicile, cherche à devenir un acteur important de la silver économie. "Nous devons passer de l'hyper croissance à la croissance comptable, puis à l'hyper croissance rentable. Mais nous avons vécu six mois difficiles pour démontrer nos apports innovants et notre valeur ajoutée à la puissance publique. Aujourd'hui, cette page est tournée et nous avons retrouvé notre crédibilité. Nous pouvons avancer et nous concentrer sur la logistique et l'expérience utilisateur, clés de notre développement", témoigne-t-il.

La trajectoire de Klaxoon montre aussi qu'il faut de la ténacité. "Notre projet explore un territoire, la réunion professionnelle, auquel personne ne croyait au début, car il souffrait d'une image désuète. Le sujet n'étant pas sexy, nous avons dû persister. Puis nous avons rapidement gagné des prix aux États-Unis, ce qui a ouvert de nombreuses portes", raconte Matthieu Beucher.

Percer Outre-Atlantique

Pour s'affirmer en tant que licorne, l'entreprise doit faire les yeux doux aux USA. "Avec 300 millions d'habitants, c'est le marché de référence", lâche Thibaud Hug de Larauze. Un passage obligé pour toute entreprise désireuse de s'imposer comme une marque mondiale. C'est pourquoi Back Market ouvre un bureau à New York. "Nous avons une chance incroyable, car personne n'a pensé à lancer une market place de ce type de produits avant nous, ni aux USA, ni en Chine", se réjouit Thibaud Hug de Larauze.

Or le marché est en explosion, laissant présager de belles perspectives. Back Market peut attaquer le marché américain sous l'angle du prix, avec des produits moins chers, mais de qualité. Car ici, l'argument économique l'emporte sur la préoccupation environnementale. Pour s'imposer outre-Atlantique, il ne suffit pas d'avoir une bonne idée. "Il s'agit d'un marché très exigeant, auquel nous nous sommes confrontés très tôt pour prendre de l'avance", confie Jonathan Anguelov, cofondateur et COO d'Aircall.

La start-up française, spécialiste de la téléphonie d'entreprise, a annoncé en mai une levée de fonds de 25 millions d'euros, tour mené par Draper Esprit, avec la participation de Balderton Capital, NextWorld Capital et eFounders. "Ce n'est pas notre première levée, nous avons réuni 40 millions d'euros au total. Nos investisseurs nous font confiance et nous avons attiré des fonds étrangers. Mais pour arriver à ce niveau, nous avons dû beaucoup travailler notre business plan. Il a fallu être très précis", ajoute Jonathan Anguelov. Le marché de la téléphonie séduit les investisseurs car il n'avait pas encore été dépoussiéré.

Le concept proposé par OpenClassrooms suscite aussi beaucoup d'intérêt auprès des investisseurs américains. "Nous avons choisi General Atlantic, un fond prestigieux, très connu, aligné sur nos valeurs d'entreprise à mission, son soutien n'est pas neutre. Au contraire, il est gage de qualité et confirme celle du produit et de l'équipe", commente Pierre Dubuc.

Innover à tous les étages

Les futures licornes rivalisent d'ingéniosité pour conserver leur avance. Ainsi, Back Market ne se contente pas d'animer sa market place ou d'optimiser l'expérience client des internautes. Elle va plus loin. "Nous construisons des outils de business intelligence pour que les dirigeants des usines de reconditionnement identifient les modifications à effectuer dans leur process pour améliorer la qualité de leur production et réduire les pannes", indique Thibaud Hug de Larauze.

L'entreprise se concentre sur la valeur créée, pas uniquement sur les transactions. Résultat, les smartphones achetés sur la plateforme sont de meilleure facture, les taux de retour diminuent et la satisfaction client augmente. Pour beaucoup d'entrepreneurs, intégrer le club très select des licornes n'est pas une fin en soi. En revanche, réussir à imposer une innovation de rupture à l'international et accélérer pour atteindre une hypercroissance rentable, représente le Graal.

Un objectif fou, mais la chance sourit aux audacieux, comme l'a prouvé l'équipe de France de football en remportant la Coupe du monde !

Je m'abonne

Véronique Méot

Céline Tridon,<br/>rédactrice en chef Céline Tridon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque matin, l'essentiel de l'actu

Chef d'Entreprise Newsletter

Artisans Newsletter

Commerce Newsletter

Event

Event

Event

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet

Start-up

Par Céline Tridon

Ils sont Français mais ont fait le choix d'entreprendre aux Etats-Unis. En plein de coeur de Manhattan, le mardi 24 septembre 2019, ces patrons [...]