En ce moment En ce moment

Oxbow planche sur son développement

Publié par Céline Tridon le - mis à jour à
Oxbow planche sur son développement

Rachetée par deux associés à Lafuma, la marque de surfwear Oxbow tend à renforcer son réseau de distribution, et à s'ouvrir à de nouveaux modèles, comme le phygital.

Je m'abonne
  • Imprimer

C'est à l'heure du déconfinement que la centaine de salariés de la marque Oxbow ont pu faire connaissance de leurs nouveaux patrons. Emmanuel Debruères et Jean-Christophe Chetail, deux spécialistes du sportwear, sont déjà associés à la tête de Rainbow SAS. C'est d'ailleurs sous son égide qu'ils rachètent Oxbow, créée en 1985 et bien connue des surfeurs.

Transparence

Prêt-à-porter, accessoires, équipement... Oxbow vogue sur la tendance du " lifestyle ", version glisse. Détenue par Lafuma depuis 2005, filiale du groupe Calida, elle séduit les deux entrepreneurs qui n'ont pourtant aucune expérience du rachat d'entreprise. " Nous travaillons à cette reprise depuis septembre 2018. Ce qui nous a plus : le fait que ce soit une marque reconnue, avec une large communauté, française et rentable ", justifie Emmanuel Debruères.

Comment ont-ils fait la différence ? Pour le dirigeant, tout se joue dans la transparence : " nous étions conscients de nos faiblesses (nos moyens étaient bien sûr moins importants que ceux d'un fonds d'investissement), mais nous affichions un projet rassurant, à la fois ambitieux et réaliste. "

Les associés se sont en effet donné pour objectif d'accroitre le chiffre d'affaires d'Oxbow de 30 millions d'euros en 2019 à 40 voire 45 millions d'euros en 2025. Le montant de la transaction reste quant à lui confidentiel.

Phygital

Pour y parvenir, les dirigeants affichent fièrement un plan en trois étapes. La première consiste à renforcer le business avec les détaillants physiques. Si Oxbow possède actuellement 25 boutiques (30 d'ici 4 ans), 70 % du chiffre d'affaires de la marque est produit par des partenaires revendeurs. " Cette part sera réduite à 50 % du chiffre d'affaires dans les années à venir, mais elle gagnera en valeur. Le marché physique tend à se concentrer ", assure Emmanuel Debruères.

Ensuite, l'accent sera mis sur le phygital, ce juste mix entre digital et physique, pour offrir un maximum de services à aux clients, comme le click-and-collect.

Enfin, l'export. A ce jour, 95 % de l'activité d'Oxbow se fait en France. Mais d'ici quatre à cinq ans, l'entreprise renforcera sa présence à l'étranger, en commençant par les pays limitrophes (Espagne, Belgique) et, si la magie opère, elle se lancera dans le grand export. " Nous bénéficions à nos côtés de collaborateurs qui ont su consolider les fondamentaux de l'entreprise, commente Emmanuel Debruères. Aujourd'hui, il faut réfléchir à comment muscler la marque, pour éventuellement élargir la cible. " Sans pour autant quitter les surfeurs, Oxbow pourrait revenir sur terre et avancer doucement sur le secteur de l'escalade ou de la montagne. De nouveaux sommets en perspective.

Je m'abonne

La rédaction vous recommande

Céline Tridon,<br/>rédactrice en chef Céline Tridon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque matin, l'essentiel de l'actu

Chef d'Entreprise Newsletter

Artisans Newsletter

Commerce Newsletter

Event

Event

Event

Sur le même sujet