En ce moment En ce moment

Publié par le | Mis à jour le

Je m'abonne
  • Imprimer


L'équivalent d'un collier de perles

En France, DNA Script utilise non pas des méthodes chimiques comme Twist Bioscience, mais des enzymes. Le procédé de cette start-up relève donc de la biologie et se donne pour objectif de réduire le risque d'erreur dans la constitution des fragments. "Chaque cellule humaine est comme un collier grand de 3 milliards de perles. Chaque perle représente les fameuses bases nucléiques A-T-C-G, c'est-à-dire le support d'un code qui programme en majeure partie la façon dont fonctionne la cellule. Sur la perle A, on ajoute la perle T, sur laquelle on ajoute la perle C, etc. La capacité à fabriquer du code génétique de façon artificielle détermine notre capacité à reprogrammer le système", explique Sylvain Gariel, cofondateur et directeur d'exploitation de DNA Script, qui travaille officiellement sur l'industrialisation de l'ADN synthétique.

Leur technologie repose sur une idée de base : dans la nature, existent de petits agents, sortes de nano-robots, très efficaces dans la réalisation du fameux collier de perles. Les nano-robots sont des polymérases, autrement dit des enzymes (ou protéines) cultivables en masse. Pour DNA Script, il s'agit donc de cultiver une de ces enzymes dont le métier est d'écrire de l'ADN. L'entreprise les modifient pour que leur tâche ne soit pas tout à fait la même que dans la nature, et pour faire en sorte qu'elle se déroule dans un univers industriel pré-contrôlé. Le but : répondre au besoin grandissant d'écriture d'ADN.

Une utilisation à surveiller

D'ici quelques années, la demande risque en effet d'exploser, l'ADN synthétique permettant d'accélérer les travaux de nombreuses entreprises. Ces dernières songent de plus en plus à des manières innovantes de concevoir des produits dans le respect des ressources ou du bien-être animal. Parfois, il s'agit même de redynamiser leurs travaux de recherche. "Nous croyons que, au fil du temps, le coût de réalisation d'ADN synthétique continuera à baisser. Les industriels vont préférer acheter de l'ADN et mener davantage d'expériences plutôt que de passer leurs journées à cloner, par exemple. Nous espérons d'ailleurs rendre le clonage obsolète", partage Emily Leproust. Avant de rajouter : "Nous croyons également qu'il y aura de plus en plus d'applications d'ADN synthétique au fil du temps, qui deviendra plus accessible. Ce sera similaire au séquençage, où de nouvelles applications ont été développées une fois la technologie devenue rapide et rentable."

Malgré cet avenir qui semble tout tracé pour l'ADN synthétique, un point délicat reste en suspens : celui de l'éthique. "À l'origine, l'ADN est une molécule issue d'organismes vivants. Même synthétique, elle continuera d'interagir avec le vivant dans certains cas de figure. Elle peut être absorbée par un être vivant et y introduire des informations erronées", met en garde Jean-Christophe Dantonel. L'ADN synthétique devient donc une réalité dont l'utilisation doit rester contrôlée. Cette question se posera au fur et à mesure des nouvelles applications qui en seront faites .

Témoignage

"Notre objectif est de rendre les procédés plus efficients"

Sylvain Gariel, cofondateur et directeur d'exploitation de DNA Script

Créée en 2014, DNA Script ambitionne de conquérir le marché de l'ADN synthétique avec un mode de fabrication qui mime la nature, sans recours à la chimie. Pour se lancer, DNA Script a levé, en septembre 2017, 11 millions d'euros auprès de plusieurs investisseurs dont Illumina Ventures, le fonds créé par le leader mondial du séquençage génétique. En juin, elle reçoit également 2,2 millions d'euros de financement non dilutif, dans le cadre du programme "Concours d'Innovation" de Bpifrance.

"Nous voulons aider les industriels à faire des choses qui ne sont pas possibles aujourd'hui, comme par exemple vacciner un patient atteint d'un cancer pour éviter la rechute. Le rêve de DNA Script dans dix ans est de mettre sur le marché une petite machine qui permettra de générer des vaccins ou les éléments de base d'un vaccin personnalisé", partage Sylvain Gariel, l'un des fondateurs de DNA Script.

Plus que de créer de l'ADN synthétique, l'entreprise souhaite mettre cette technologie dans un instrument automatisé, semblable à une imprimante. Et tous les centres de recherche du monde entier sont des clients potentiels. "L'agroalimentaire sera aussi un client très important, car les grandes sociétés du secteur passent leur temps à imaginer de nouvelles plantes aux propriétés améliorées : du blé plus riche, des huiles moins mauvaises pour la santé ou des espèces qui nécessitent moins de pesticides", détaille Sylvain Gariel.

Le scientifique pense aussi à la cosmétique, dont la production de molécules chimiques demeure très coûteuse en ressources et en impact sur l'environnement. "Notre objectif est de rendre les procédés de beaucoup plus rapides, plus efficients en termes de coût et de limiter leur impact sur l'environnement. Nous avons déjà atteint une preuve de concept. Maintenant, nous préparons l'industrialisation de cette technologie", affirme Sylvain Gariel. DNA Script envisage en effet de passer en phase industrielle au début 2019, pour proposer des produits commerciaux à la fin de cette même année.

Repères

DNA Script

Activité : recherche et développement en biotechnologie

Statut : SAS

Ville : Paris (XIVe)

Création : 2014

Dirigeant : Thomas Ybert, CEO, 36 ans

Effectif : 22 salariés

CA 2017 : NC

Je m'abonne

La rédaction vous recommande

Céline Tridon

Céline Tridon,<br/>rédactrice en chef Céline Tridon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque matin, l'essentiel de l'actu

Chef d'Entreprise Newsletter

Artisans Newsletter

Commerce Newsletter

Event

Event

Event

Sur le même sujet