En ce moment En ce moment

Brexit : quelles conséquences pour les PME françaises ?

Publié par le

Je m'abonne
  • Imprimer

Plus de barrières aux échanges commerciaux

En partant du principe que l'adhésion à l'UE a réduit les coûts des échanges entre le Royaume-Uni et l'Union européenne, non seulement par la suppression des barrières tarifaires, mais aussi par la réduction des obstacles non tarifaires dans le cadre du marché unique européen, on peut légitimement supposer qu'un Brexit aurait des conséquences inverses et que les sociétés britanniques auront un accès moins facile aux produits européens, et donc français. Les clients anglais des PME françaises, tout comme leurs fournisseurs anglais, risquent de réduire leurs transactions pour des raisons de coût et d'obstacles commerciaux. Ce qui signifierait à terme moins de débouchés pour les PME françaises, mais aussi une hausse des coûts d'approvisionnement auprès de leurs fournisseurs anglais, qu'elles devraient répercuter sur leur prix de vente, à moins de se tourner vers d'autres fournisseurs moins chers.

Vers un nouveau paradis fiscal?

La Grande Bretagne n'étant pas dans la zone euro, elle possède déjà un statut à part sur l'échiquier européen. Dans le scénario le plus optimiste du Brexit, la place financière de Londres pourrait conforter son image de paradis fiscal, attirant davantage encore les entreprises européennes et françaises à l'installation, mais également les jeunes talents, séduits par des salaires plus confortables qu'en France. Pour les PME, il peut donc y avoir un appel d'air et une incitation encore plus forte qu'aujourd'hui à s'installer au Royaume-Uni pour trouver des conditions fiscales et salariales plus avantageuses.

Repères

45% des exportations et 53% des importations du Royaume-Uni se font avec les pays de l'UE (chiffres 2014).

Depuis son entrée dans l'UE en 1973, le Royaume-Uni a augmenté de 55% ses échanges avec les pays membres et son PIB par habitant de 20% (source : Centre for European Reforms)

Les exportations de l'UE vers le Royaume-Uni ne représentent que 3 % du PIB de l'UE, alors que les exportations britanniques vers l'UE représentent environ 13 % du PIB britannique. Au total, le commerce avec les autres États de l'UE génère 3,3 millions d'emplois au Royaume-Uni (Source Parlement britannique)

Les pertes annuelles pour la France dues au Brexit pourraient être comprises entre 1 milliard d'euros d'impact immédiat et 13 milliards sur le long terme (source : France Stratégie)

Je m'abonne

Aurélie Nicolas

Céline Tridon,<br/>rédactrice en chef Céline Tridon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque matin, l'essentiel de l'actu

Chef d'Entreprise Newsletter

Artisans Newsletter

Commerce Newsletter

Event

Event

Event

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet

Export - International

Par Céline Tridon

Dans le cadre du programme d'accélération Impact USA, huit entreprises seront accompagnées par Bpifrance pour faire leurs premiers pas outre-Atlantique. [...]

Export - International

Par Patrice Arzillier, operating partner chez I&S Adviser

Les opérations de croissance à l'international demandent au chef d'entreprise d'anticiper au moins sept points déterminants pour le succès de [...]