En ce moment En ce moment

Délais de paiement : les cultures et les process doivent encore évoluer!

Publié par Camille George le
Délais de paiement : les cultures et les process doivent encore évoluer!

Je m'abonne
  • Imprimer

L'impact sur le BFR

Les retards de paiement ont un effet induit sur la notation financière des entreprises et cela impacte leur accès à la liquidité; "Une entreprise qui maîtrise mal ses délais aura recours au crédit court terme, elle portera un risque financier plus fort, aura à gérer un BFR plus lourd, sa note sera moins bonne et son crédit plus cher, résume Alain Gerbier, directeur des entreprises à la Banque de France. Les délais de paiement sont donc un enjeu majeur pour toutes les entreprises."

Les réactions en cascade au sein des filières sont également un point de vigilance particulier. "On constate de plus en plus un phénomène de transfert de charge (sur les stocks par exemple) sur des sous-traitant de rang 1, 2 ou 3. Il est impératif d'avoir une réflexion délais de paiement globale sur l'ensemble de la chaîne fournisseurs. Les entreprises, et particulièrement les PME puisque ce sont elles les plus impactées, au moment de choisir un client doivent s'assurer de leur capacité à payer, de même le fait de choisir un fournisseur doit être l'occasion d'un dialogue et de la mise en place de règles, notamment au titre des délais de paiements", insiste Frédéric Grivot, vice-président section industrie à la CMPE.

Le rapport de force omniprésent

Certes, mais pas si simple quand on est un petit face à un gros. Combien de fois un fournisseur s'est-il entendu dire lors de négociations pour un renouvellement de contrat, alors qu'il a encore une ou plusieurs factures en souffrance, : "Bon je vais vous débloquer la situation mais vous me faites 5% de remise annuelle supplémentaire". Le pot de terre contre le pot de fer, le rapport de taille, toujours lui, gangrène les relations client fournisseur. Pour le médiateur des entreprises il faut "sortir de cette économie de la peur qui détruit la valeur!" Un retard de paiement est presque ressenti comme une forme de mépris par un chef d'entreprise et cela créé de la défiance. "Dans ce contexte aucune PME ou strat-up ne confiera une innovation à son client. Ces comportements sont destructeurs de valeur. Il faut au contraire travailler le facteur confiance", estime Pierre Pelouzet qui reconnait que la taille fait une différence ne serait-ce qu'au niveau organisationnel.

"Par essence les process de facturation sont très complexes chez les grands donneurs d'ordres. Parfois même invraisemblables." C'est pourquoi la médiation des entreprises s'est attachée à analyser le chemin d'une facture PME chez un donneur d'ordre ETI ou grand compte. Les données analysée en collaboration avec Sidetrade ont permis d'établir un premier baromètre médiateur des entreprises dans lequel il ressort qu'une facture sur sept reste bloquée dans le SI client et qu'il faut en moyenne 51 jours pour résoudre l'anomalie, honorer ou requalifier la facture. "Les causes sont multiples et peuvent venir du client comme de la PME émettrice. Il peut manquer une information sur la facture, il peut s'agir d'une mauvaise réception système ou encore d'un oubli de validation", explique Pierre Pelouzet. Un travail de prévention et de rigueur côté PME et un meilleur partage des informations en amont côté ETI et grands comptes serait un levier important de réduction des retards de paiement.

Lire la suite page 3 - Les solutions prônées


Je m'abonne

La rédaction vous recommande

Factures impayées, le cauchemar des petites & moyennes entreprises 5 conseils clés pour améliorer sa gestion du poste client et se faire payer plus vite La facturation au coeur du fonctionnement de votre entreprise Mobilité : des solutions encore plus "vertes"
Céline Tridon,<br/>rédactrice en chef Céline Tridon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque matin, l'essentiel de l'actu

Chef d'Entreprise Newsletter

Artisans Newsletter

Commerce Newsletter

Event

Event

Event