Les entreprises détenues par des fonds auraient amélioré leur CA de 9 % en 2011

Publié par le | Mis à jour le
Les entreprises détenues par des fonds auraient amélioré leur CA de 9 % en 2011
Les entreprises détenues par des fonds auraient amélioré leur CA de 9 % en 2011

Les sociétés qui ont ouvert leur capital aux fonds du private equity auraient connu une croissance remarquable en 2011, selon Afic. Des statistiques à relativiser, car l'échantillon retenu ne représente que la moitié de la population totale du portefeuille des fonds.

Je m'abonne
  • Imprimer

Les entreprises accompagnées par le capital investissement affichent une croissance de plus de 9 % de leur chiffre d'affaires et de plus de 5 % de leurs effectifs en 2011, selon l'étude annuelle publiée le 19 décembre par l'Association des investisseurs pour la croissance (Afic), réalisée en partenariat avec Ernst & Young. Des chiffres qui surperforment largement la croissance atone de l'économie française et qui plaident donc très favorablement pour l'utilité du private equity.

À un bémol près : les 2 760 entreprises retenues dans l'échantillon ne représentent que la moitié des 5 405 entreprises détenues en portefeuilles par les fonds de capital investissement. Ces données partielles sont justifiées par la non-disponibilité des informations collectées sur une base déclarative auprès des membres de l'association. De là à déduire que les fonds de capital investissement font un tri sélectif en fonction des performances de leurs participations, il n'y a qu'un pas...

Pourtant, du côté d'Ernst & Young, qui réalise l'étude depuis 2003, on assure que la collecte des données a fait des progrès : " Grâce à de meilleurs taux de réponses exploitables, le nombre d'entreprises analysées dans le cadre de cette étude n'a jamais été aussi élevé ", indique Laurent Majubert, associé Ernst & Young Transaction Advisory Services, qui pointe toutefois " les inévitables disparités (notamment selon les stades de développement) ".


Des disparités par segment

Il est vrai que l'étude porte à la fois sur les start-up de forte croissance soutenues par un ou plusieurs fonds de capital-risque, les PME et ETI qui ont accueilli dans leur capital un fonds de capital-développement et les sociétés qui ont fait l'objet de LBO. Ventilées par segment, les sociétés de la catégorie capital-risque affichent un chiffre d'affaires et un effectif en hausse respectivement de 17 % et de 12,5 %, celles soutenues par le capital-développement progressent de 11,6 % en chiffre d'affaires et de 5,9 % en effectifs, et enfin les entreprises du LBO connaissent une croissance de 7,4 % en chiffre d'affaires et de 4,8 % en effectifs.


Le cap-dév surreprésenté

À noter que 88 % des 5 405 entreprises accompagnées à fin 2011 par le capital-investissement français, soit 4 771, ont leur siège social en France. 61 % sont implantées en région (hors Île-de-France), et notamment en Rhône-Alpes (12 %), ainsi que dans les Pays de la Loire (6 %) et dans le Nord-Pas-de-Calais (6 %). Parmi ces 4 771 entreprises françaises, plus de la moitié sont accompagnées par le capital-développement, un quart par le capital-transmission (LBO) et un cinquième par le capital-risque.

Retrouvez l'étude de l'Afic ici.

Je m'abonne

La rédaction vous recommande

Yousra Senhaji

Céline Tridon,<br/>rédactrice en chef Céline Tridon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque matin, l'essentiel de l'actu

Chef d'Entreprise Newsletter

Artisans Newsletter

Commerce Newsletter

Event

Event

Event

Les Podcasts de Chef d'Entreprise

Sur le même sujet