En ce moment En ce moment

M.Moustache encourage l'économie circulaire de la chaussure

Publié par Céline Tridon le | Mis à jour le
M.Moustache encourage l'économie circulaire de la chaussure

Recycler et même réutiliser les déchets comme matière première pour créer de nouveaux articles, telle est la mission que se donnent les trois cofondateurs de M.Moustache. Plus qu'une marque de chaussure, une entreprise écoresponsable qui veut faire avancer l'industrie de l'habillement.

Je m'abonne
  • Imprimer

" Chaque Français consomme en moyenne 5,7 paires de chaussures par an. Et 9 paires sur 10 finissent à la poubelle... " Pour Antoine Vigneron, cofondateur de la marque M.Moustache, une telle folie n'est plus possible. Avec ses deux associés, Guillaume Alcan et Thibault Repelin, ils choisissent alors de devenir acteurs du changement. Comment ? En favorisant l'économie circulaire dans le secteur de la chaussure.

M.Moustache s'adresse à une cible de trentenaires urbains, aussi bien hommes que femmes. Si la marque s'est abord lancée en 2012 sur le web (qui représente aujourd'hui encore 45 % du chiffre d'affaires) et en grand magasin, l'ouverture de la première boutique est l'occasion d'apporter une expérience client globale, tant en termes de merchandising que de présentation des valeurs de la marque. Cette dernière compte à ce jour cinq points de vente, à Paris, Bordeaux et Toulouse. Chacun d'entre eux comprend un bac de collecte de chaussures. C'est la base du programme " Encore ".

Cuir vegan

" Notre objectif est que, pour chaque paire vendue, nous soyons en mesure d'en recycler une ", souligne Antoine Vigneron. S'en suit alors la deuxième étape de la démarche écoresponsable de M.Moustache, baptisée " Récolte ". Ainsi, parmi les articles récupérés dans les bacs de collecte, certains sont encore bons : ils sont offerts à une association type Restos du Coeur. Ceux qui relèvent du godillot hors d'usage sont envoyés au Portugal, chez le partenaire fabricant de l'entreprise. Si la chaussure est made in Europe (pour respecter certains critères de fabrication, voire labels), elle est broyée pour constituer la matière première d'une semelle nouvelle génération.

A ce jour, 60 % des baskets de M.Moutache sont dotées d'une telle semelle. " Nous aimerions viser les 100%, mais cela nécessiterait un gros investissement, bien trop lourd à supporter encore pour nous ", regrette Antoine Vigneron. Toutefois, le dirigeant annonce déjà d'autres axes d'amélioration prévus pour le courant 2021 : lancement de la basket Alexandre, constituée à 70 % de matériaux recyclés et celui d'une basket vegan, fabriquée à partir de déchets viticoles. " C'est notre rôle en tant que marque d'éduquer le consommateur, commente Antoine Vigneron. Aussi, il faut insister sur le fait que, oui, un produit peut être réutilisé et avoir une seconde vie, sans pour autant faire culpabiliser les clients. C'est grâce à notre travail en amont qu'ils pourront se faire plaisir sans trop se poser de questions. "

Pour apporter plus de poids à son discours, M.Moustache envisage d'ouvrir une quinzaine d'autres points de vente d'ici trois ans, mais aussi de renforcer sa présence à l'international. L'entreprise est déjà présente dans les pays limitrophes de la France, ainsi qu'au Japon et en Corée. Cependant, l'export représente moins de 10 % du chiffre d'affaires total. Soit de belles perspectives de développement à prévoir.

M.Moustache

Fabrication de chaussures
Paris (10e)
Antoine Vigneron, 31 ans, Guillaume Alcan, 32 ans, et Thibault Repelin, 32 ans, cofondateurs
SAS
Création en 2012
35 salariés
CA 2021 (prévisionnel) : 9 M€

Je m'abonne

La rédaction vous recommande

Céline Tridon,<br/>rédactrice en chef Céline Tridon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque matin, l'essentiel de l'actu

Chef d'Entreprise Newsletter

Artisans Newsletter

Commerce Newsletter

Event

Event

Event

Les Podcasts de Chef d'Entreprise

Lifestyle Chef d'Entreprise

l'Essentiel by NMG

Sur le même sujet

B2C

Par Céline Tridon

Fondée par l'entrepreneure Carole Juge-Llewellyn, Joone, la marque de couches " saines ", a su répondre au besoin d'information et de transparence [...]