En ce moment En ce moment

Les secrets entrepreneuriaux de 4 stars du web

Publié par le

  • Imprimer

Sauf que l'épreuve ne se réussit que rarement seul. Déjà, grâce à l'appui et l'expertise d'un cofondateur, Pierre Krings pour Pierre Kosciusko-Morizet, ou d'un bras droit technique, Francis Nappez pour Frédéric Mazzella. Et ensuite, grâce à l'effervescence de son équipe formée, là encore, pas à pas. " Je n'ai jamais compris ceux qui ne s'entouraient, à leurs débuts, que de stagiaires. C'est l'échec assuré. Car à l'amorçage, vous avez besoin de meilleurs que vous dans chacun de vos axes de développement", assure Frédéric Mazzella, vite rejoint par Pierre Kosciusko-Morizet. "Lors de cette phase cruciale de création, entourez-vous de collaborateurs aussi engagés et impliqués que vous, conseille-t-il. Lorsque j'ai créé PriceMinister, à 23 ans, il était clair que j'étais moins expert que les personnes que je recrutais."
Un point de vue partagé par Céline Lazorthes : "Étant plus jeune que le reste de mon équipe, j'ai délégué très vite et super facilement. Avec un objectif : ne manager en direct que cinq ou six personnes."

Cohésion

Ensuite, tout n'est plus question que d'animation des ressources. "Je suis celui qui pousse au cul tout le monde" , plaisante le fondateur du Slip français. Certes, mais pas que. Car entre une équipe qui fonctionne et une équipe qui détonne, il y a souvent un dirigeant qui encourage. "L'architecture doit être suffisamment claire pour que chacun, au sein de son périmètre et de sa fonction, se sente libre d'essayer, de proposer, d'innover" , pense Céline Lazorthes.

Pour Frédéric Mazzella, le secret passe également par la responsabilisation des salariés. Pour cela, celui que Xavier Niel surnomme "la plus grande star française de l'Internet" évite les process "qui ont tendance à tuer toute prise d'initiatives" au profit de valeurs. "Lorsqu'une structure croît rapidement, les salariés doivent pouvoir prendre seuls des décisions, sans avoir à solliciter leurs managers. Les valeurs leur servent de repères." Au total, l'ex-chercheur en physique et en informatique en a formalisé dix, probablement tirées de ses trois ans passés à l'université américaine Stanford. "Même si c'est le fruit du hasard, elles sont très inspirées du lean start-up" , avoue-t-il. Parmi elles : "Fun & serious", "We are passionnate, We innovate", "Done is better than perfect", "The member is the boss" ou encore "Fail, learn, succeed".

Reporter en presse quotidienne, j'ai découvert, après quelques années au Canada, l'industrie française par le prisme du luxe et de la beauté. Rédactrice [...]...

Voir la fiche

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet

Actualités

Par Thomas Loisel

Cassant son image premium, Chauffeur Privé est devenu "Kapten" le 6 février 2019. Objectif : lancer à travers sa nouvelle signature et sa campagne [...]