En ce moment En ce moment

Le LCPO du CNRS, une PME comme les autres

Publié par le - mis à jour à
Le LCPO du CNRS, une PME comme les autres
© Toutes photos : CNRS Photothèque / Cyril FRESILLON

Le Laboratoire de Chimie des Polymères Organiques (LCPO) est une unité mixte de recherche sous tutelle du CNRS, de l'Université de Bordeaux et de l'INP de Bordeaux. Cette structure académique possède des modes de fonctionnement inspirant pour des dirigeants d'entreprise.

  • Imprimer

La RSE comme pierre angulaire

"La dimension responsable fait partie intégrante de notre quotidien", avance Sébastien Lecommandoux, directeur du Laboratoire de Chimie des Polymères Organiques (LCPO) sous tutelle du CNRS. L'objectif de ses unités de recherche ? Construire des matériaux utilisant des ressources non pétrolières ou usant de procédés de synthèse plus respectueux de l'environnement.

Une forte responsabilité sociétale assimilable à la RSE. Il ajoute : "le chercheur académique est un esprit libre. Il lui faut trouver la bonne adéquation entre sa créativité qui le rend performant et des objectifs globaux cohérents". Ce qui amène une forte complexité managériale.

Contrairement à une entreprise, où l'objectif est essentiellement financier, le laboratoire vise avant tout la réussite intellectuelle. Le chef d'équipe s'évertue à développer une cohésion pour que la valeur créée soit le fruit d'un travail collectif. Le rôle du directeur est néanmoins assimilable à celui d'un dirigeant de PME : donner le cap et faire en sorte que les équipes s'y tiennent.

Une innovation de rupture

En tant que laboratoire public, cette entité du CNRS a pour vocation de développer la technologie de demain. "Même si le terme est à la mode, nous effectuons de l'innovation de rupture", affirme Sébastien Lecommandoux, directeur du LCPO. Un caractère innovant, prégnant et visible sur le moindre champ d'action du laboratoire. Il intervient à la fois dans le domaine des polymères plastiques, les macromolécules, la récupération de systèmes photovoltaïques ou encore la science des matériaux verts et durables.

Le laboratoire baigne dans la propriété industrielle: "Dans les cinq dernières années, on a déposé une quarantaine de brevets, dont une vingtaine avec des industriels en tant que partenaires", explique le directeur. De même, l'équipe de chercheurs travaille sur des programmes en France comme en Europe.

En somme, une forte inclinaison à la R&D et à l'open innovation, possiblement transférable dans la sphère entrepreneuriale. La réciproque étant vraie : "d'un point de vue académique, on peut se nourrir d'une problématique industrielle, pour répondre à des questions scientifiques d'intérêt", justifie le directeur du laboratoire.

Un esprit collaboratif

En laboratoire tout comme en entreprise, l'esprit collaboratif est de mise. En interne, comme en externe. "En ce moment, nous avons une vingtaine de contrats industriels au laboratoire et possédons une forte interaction avec le milieu socio-économique, grands comptes comme PME", Sébastien Lecommandoux, directeur du LCPO.

La structure a réalisé des projets collectifs importants et partagé des unités de recherche communes avec des grandes entreprises tels qu'Arkéma ou, dernièrement, L'Oréal. Mais aussi des sociétés plus modestes comme la PME i2S. Une volonté permanente d'être dans la recherche de partenariat. Une démarche d'open innovation dont bon nombre de société peuvent s'inspirer pour faire grandir leur projet.

Repères

Le Laboratoire de Chimie des Polymères Organiques (LCPO) est un des fleurons de la recherche académique française. L'unité a su capitaliser sur ses compétences historiques en chimie macromoléculaire pour s'ouvrir aux polymères de fonction dans des domaines d'application importants pour la société. Elle a su croître par intégrations successives avec succès, s'ouvrant à une grande diversité de sujets et de partenaires, tout en maintenant une très bonne cohérence scientifique.

Les projets travaillés par ce laboratoire sont originaux et de haut niveau. Ils sont soutenus par des moyens financiers importants, en lien avec des taux de réussite élevés aux appels à projets et à de nombreuses collaborations industrielles. Celles-ci se traduisent par le dépôt de demandes de brevets et des efforts de valorisation. La production scientifique est d'excellent niveau, en quantité et en qualité. L'unité bénéficie ainsi d'une exceptionnelle reconnaissance nationale et internationale.


La rédaction vous recommande

Sur le même sujet

Digital - Innovation

Par Pierre Lelièvre

Les PMI font face à une transformation profonde de leurs activités face au développement du digital et de l'enjeu environnemental. Une opportunité [...]

Digital - Innovation

Par Mickaël Deneux

Co-organisée par HEC Paris, le cabinet AXESSIO Stratégies d'Innovation et la DGE, la 5ème cérémonie des Blue Ocean Awards a récompensé des entreprises [...]