En ce moment En ce moment

Comment remettre à flot une PME qui coule

Publié par le
Comment remettre à flot une PME qui coule

Je m'abonne
  • Imprimer

Être à l'écoute des éléments, c'est recueillir le feed-back des collaborateurs pour définir une intention qui traverse cet océan de complexité, à coups d'ajustements permanents. "Le mouvement des entreprises libérées est très inspirant de ce point de vue: simplifier au maximum les process face à une réalité dont on a admis la complexité." Autre avantage de faire toujours au plus simple, cela permet de renforcer la confiance, ce qui est d'autant plus important que le dirigeant n'a "pas d'autre choix que de miser sur les gens. Le dirigeant doit avoir confiance dans l'humain, sinon il est mal barré, prévient l'enseignante, encore plus avec les jeunes générations qui ont besoin de s'épanouir".

Pour autant, il est important de se débarrasser de l'affectif, comme le souligne Frédéric Assant, manager de crise spécialisé dans les PME, qui doit, lors de ses missions pour Amadeus, faire face à une présence de l'actionnaire très forte. "Dans les entreprises familiales, cet attachement aveugle souvent le dirigeant, surtout si les conseils d'administration ont lieu entre le café et le digestif! plaisante-t-il. Mais plus sérieusement, ce manque de gouvernance rend la prise de décisions plus délicate. Il est certain que si l'on doit agir sur les effectifs, il est déchirant, par exemple, de licencier quelqu'un que l'on a connu en culottes courtes. Mais l'attentisme est extrêmement dangereux et ses conséquences peuvent être encore plus dramatiques."

© Michel Szlazak

© Michel Szlazak

Agir à temps

Même discours du côté de SOS Entrepreneur. Les appels à la plateforme téléphonique confidentielle, ouverte 24h/24, proviennent la plupart du temps de dirigeants "qui ont attendu trop longtemps, parce qu'ils pensaient qu'ils allaient obtenir la commande qui allait tout résoudre, et se sont mis à accepter n'importe quel client pour compenser la perte d'un autre". Or, si on n'analyse pas la situation entre-temps, "on creuse sa tombe", prévient Frédéric Assant, qui a lui-même traversé de grandes difficultés avant de rebondir.

Il n'y a rien de pire que le déni.

"Beaucoup de choses sont sauvables quand on s'y prend assez tôt. L'optimisme du dirigeant, qui est nécessaire, ne doit pas l'aveugler."Il n'y a rien de pire que le déni pour ce chef d'entreprise: "On se dit que c'est conjoncturel, alors que c'est l'arbre qui cache la forêt. Mais un petit pansement ne suffit pas à aller au fond des choses." L'intervention d'un tiers peut alors aider "à ouvrir les yeux et prendre des décisions, avec les moyens du bord", insiste Frédéric Assant.

"Si l'analyse aboutit au diagnostic d'une dégradation lente du modèle, il faut prendre des décisions de restructuration, de diversification, d'amélioration, préconise Bruno Delcampe, et renégocier, il n'y a rien d'anormal à ça!" En sachant que cela ne marchera pas forcément parfaitement. "Si la situation est très préoccupante, il ne faut pas s'interdire de penser à des procédures amiables."

"Ne pas hésiter à se métamorphoser"

Grégory Loez, dirigeant d'Eco Alternativ

À 35 ans, Grégory Loez a déjà dix ans d'entrepreneuriat derrière lui. Le fondateur d'Eco Alternativ, fournisseur de solutions d'économie d'énergie, a gagné en maturité et tiré les leçons des déboires de la société. "Quand ça va mal, tout le monde vous ferme les portes. C'était particulièrement dramatique pour nous, qui finançons une grande partie des projets de nos clients. Sans partenaire financier, on n'avait plus de package à proposer!"

Après un redressement judiciaire, l'effectif tombe de 30 à 14 salariés... et est aujourd'hui remonté. "Nous n'avons pas changé notre coeur d'activité, mais on a multiplié les business, on fait maintenant du B to B, des installations dans d'autres sociétés." Pour Grégory Loez, "c'est certainement le plus difficile mais aussi le plus important: dans un écosystème qui bouge, il ne faut pas hésiter à réviser son business model et se métamorphoser". Le trentenaire préconise également de ne pas rester seul. "Crédit d'impôt, contrats aidés... il y a tout un tas de ficelles qu'on ne connaît pas mais qu'il faut tirer pour ne pas se prendre trop de gamelles!"

Eco alternativ
Installation et entretien de poêles et inserts à granulés
Seclin (Nord)
Dirigeant : Grégory Loez, 35 ans
SARL > 28 salariés
CA 2015 : 2,8 M€

Je m'abonne

Amélie Riberolle

Céline Tridon,<br/>rédactrice en chef Céline Tridon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque matin, l'essentiel de l'actu

Chef d'Entreprise Newsletter

Artisans Newsletter

Commerce Newsletter

Event

Event

Event

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet

RH - Management

Par Marlène Ribeiro, Directrice Exécutive Michael Page

Digitalisation des fonctions, marché mouvant et en tension : pour recruter le potentiel IT qui fera la différence, il faut connaître ses codes [...]

RH - Management

Par Céline Tridon

Ancien membre du Raid, négociateur de crise, diplômé de l'Académie du FBI... Le passé de Laurent Combalbert a de quoi impressionner. Aujourd'hui [...]