En ce moment En ce moment

Start-up : quelle culture d'entreprise en 2021 ?

Publié par le - mis à jour à
Start-up : quelle culture d'entreprise en 2021 ?

Entravée par la crise sanitaire, la culture des start-up a dû se réinventer ces derniers mois. Télétravail, management à distance, nouvelles habitudes et fin des clichés...Nombreux sont les défis des jeunes pousses tricolores pour recréer, coûte que coûte, une culture d'entreprise forte et assumée.

Je m'abonne
  • Imprimer

Quand hier on pouvait croire que la culture d'entreprise d'une start-up se transmettait autour d'un babyfoot ou d'un verre en fin de journée, aujourd'hui la distance met à mal les codes et les outils de la "cool attitude". Exit les mugs et autres sweat logotés, le sentiment d'appartenance à une start-up doit désormais passer par une parfaite transmission des valeurs, de la vision et des rituels de l'entreprise en considérant les nouveaux moyens de communication.

2021 : les start-up ne peuvent plus mentir sur leur culture d'entreprise

Bouleversée par le télétravail et en manque de repères, l'entreprise a connu sa période d'introspection au cours des 16 derniers mois. Ce qui semblait évident pour nourrir la culture d'entreprise et assurer l'intégration des équipes a dû être complètement repensé.

Les travaux bien connus du psychologue Albert Mehrabian et sa "règle de 3V" (1) indiquent que 7% de la communication est verbale, 38% de la communication est vocale et 55% de la communication est visuelle. Comment s'assurer de la bonne transmission des messages quand la grande partie des échanges devient en majorité verbale et vocale ? Quelle est désormais la place des relations informelles si importantes à la cohésion d'une équipe ? Le télétravail impose aux salariés des moyens de communication formels (Slack, email, téléphone, outils de visioconférences...) qui laissent peu de place à la spontanéité et aux "small talk" des pauses cafés. Comment remplacer ces interactions primordiales à la communication et à la transmission des valeurs ?

Changer les habitudes et les clichés

Ainsi, comme tous nos repères au travail, la culture d'entreprise a dû s'adapter voire se réinventer : repenser le format des réunions, mettre en place des parrainages/mentoring interpôles entre associés et managers, créer des conversations entre pairs pour faciliter les échanges de bons procédés, proposer des sondages internes pour évaluer la santé morale des employés, provoquer les rendez-vous virtuels de célébrations bien réelles... ces nouveaux rituels sont devenus des évidences pour maintenir l'unité.

Par exemple, il peut être bon pour un manager d'appeler chaque semaine une ou deux personnes de son équipe au hasard avec qui il n'a pas l'habitude de communiquer au quotidien pour maintenir le lien social de l'entreprise et tout simplement savoir comment il se sent en ce moment. Il est aussi possible de laisser des créneaux "porte-ouverte" pour que les équipes puissent appeler chaque semaine leur manager sans qu'ils aient peur de le déranger.

Ce changement d'habitude ouvre évidemment la porte à certains pièges, notamment l'utilisation des outils comme un moyen de surveillance des salariés qui pourrait facilement remplacer la pointeuse horaire. Au contraire, cette opportunité doit être utilisée pour abolir le poids du présentéisme et se concentrer sur l'essentiel du travail.

Le manager : relai indispensable des valeurs de l'entreprise

Les managers sont donc plus que jamais des relais précieux qui doivent incarner les valeurs d'une start-up. Sans vision claire, les équipes peuvent ressentir de l'inquiétude. Sans transparence - de la méfiance, et sans ouverture - de la frustration. Malgré la distance, le management de proximité reste la clé d'une société saine et soudée, les managers doivent être chaque jour encore plus disponibles et bienveillants. Le cadre managérial est primordial, il permet de sécuriser et de motiver. Mais avec les moyens de communication désormais à disposition, bien communiquer demande encore plus d'efforts.

Une culture d'entreprise forte et assumée plus que jamais essentielle

Les start-up ne peuvent donc plus mentir et se cacher derrière les apparats du "cool", la culture d'entreprise se doit d'être pleinement assumée et doit vivre à tous les niveaux. Le bien être des salariés est une priorité et passe désormais par le fait d'être totalement en phase avec la culture de l'entreprise dans laquelle ils évoluent. L'épanouissement de leur personnalité dans un environnement où le collectif prévaut pour réussir et la création d'un espace de travail flexible adapté à leurs contraintes et aspirations seront des éléments clés de la culture d'entreprise des start-up en 2021.

La culture d'entreprise d'une start-up reste ainsi un véritable avantage concurrentiel de la marque employeur sur le secteur traditionnel pour attirer les talents et les garder.

Assumer et incarner une culture forte et honnête permet aux jeunes pousses d'engager réellement les équipes au quotidien. La communiquer honnêtement dès les entretiens des candidats et la faire vivre dès les premiers pas dans l'entreprise est primordial pour une intégration réussie et la construction d'une équipe soudée, unie et forte.

Pour en savoir plus

Nicolas Trabuc est cofondateur et directeur général de Happydemics, technologie française de 40 salariés, spécialisée dans les études marketing.

(1) "Decoding of Inconsistent Communications" et "Inference of Attitudes from Nonverbal Communication in Two Channels" 1967 - Albert Mehrabian


Je m'abonne

La rédaction vous recommande

Nicolas Trabuc, Co-fondateur et directeur général de Happydemics

Céline Tridon,<br/>rédactrice en chef Céline Tridon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque matin, l'essentiel de l'actu

Chef d'Entreprise Newsletter

Artisans Newsletter

Commerce Newsletter

Event

Event

Event

Les Podcasts de Chef d'Entreprise

Lifestyle Chef d'Entreprise

Artisans Offres Commerciales

Chef d'Entreprise Offres Commerciales

Commerce Offres Commerciales

l'Essentiel by NMG

Sur le même sujet