En ce moment En ce moment

[Interview] Cédric O : " Il faut adapter les mesures aux spécificités des start-up "

Publié par Céline Tridon le - mis à jour à
[Interview] Cédric O : ' Il faut adapter les mesures aux spécificités des start-up '
© Govin Sorel

Alors que la France s'organise pour lutter contre l'épidémie de Coronavirus, une attention particulière est portée aux entreprises pour les aider à surmonter de graves difficultés financières. Qu'en est-il plus particulièrement des start-up ? Réponse avec Cédric O, Secrétaire d'Etat au Numérique.

Je m'abonne
  • Imprimer

Chef d'entreprise : En pleine crise sanitaire liée à l'épidémie de Coronavirus, comment soutenir les start-up ?

Cédric O : Il est un peu tôt pour estimer l'ampleur de l'impact de la crise actuelle. Ce qui est certain, c'est qu'il faut aider toutes les entreprises à surmonter ces difficultés.

Le gouvernement, à travers la voix de Bruno Le Maire et de Muriel Pénicaud, a annoncé un certain nombre de mesures pour les entreprises (accès facilité au chômage partiel, étalement des créances de charges sociales, mobilisation de la BPI). Pour les start-up, il faut faire en sorte que ces mesures soient adaptées à leurs spécificités. Je présenterai prochainement un plan spécifique pour cet écosystème qui je le rappelle est fortement pourvoyeur d'emplois.

Par exemple, pour avoir accès au chômage partiel, il faut avoir l'accord de votre comité social et économique (CSE), entité que nombre de start-up n'ont pas encore mis en place parce qu'elles ont grandi très vite. Bien évidemment, il ne s'agit pas les priver du chômage partiel : il y a donc une adaptation à faire.

Sont-elles suffisamment informées ?

Il faut en effet diffuser au maximum l'information parce que c'est un écosystème qui, par nature, est assez loin des décisions publiques et de l'administration. Nous proposons donc des permanences spécifiques au sein de l'espace French Tech Central, à Station F. Nous avons aussi mis en place, depuis le vendredi 13 mars 2020, des sessions de questions/réponses sur internet, retransmises en direct, et où les entrepreneurs pourront partager toutes leurs interrogations. Une foire aux questions est également disponible sur le site du ministère de l'économie.

Les start-up peuvent-elles aussi être celles qui proposent des solutions pour aider les entreprises à travailler autrement, par exemple ?

La technologie peut être une part de la solution : grâce aux start-up qui facilitent le travail à distance comme Klaxoon, ou celles qui développent la téléconsultation comme Doctolib. D'ailleurs, il faut saluer l'effort de ces entreprises qui ont proposé, dans le contexte actuel, de mettre leurs services gratuitement à disposition des particuliers et des professionnels, pour aider la société à passer cette période difficile. J'ai lancé un appel à toutes entreprises numériques en ce sens et nous listons les offres sélectionnées sur le site mobilisation-numerique.gouv.fr

Cette période est aussi une opportunité pour l'essor du télétravail dont les outils existent depuis longtemps mais qui, par inertie ou habitude des organisations, ne s'est pas énormément développé. Dans ces moments, peuvent émerger de nouvelles méthodes de travail.

Retrouvez l'intégralité de l'interview de Cédric O dans le prochain numéro de Chef d'entreprise, à paraitre en mai 2020.

Je m'abonne
Céline Tridon,<br/>rédactrice en chef Céline Tridon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque matin, l'essentiel de l'actu

Chef d'Entreprise Newsletter

Artisans Newsletter

Commerce Newsletter

Event

Event

Event

La rédaction vous recommande

Crise financière : près de 4 milliards d'euros dédiés aux start-up Nicolas Brien (France Digitale) : "Il faut réconcilier transition environnementale et transformation numérique" L'État met en place un fonds pour protéger les start-up françaises Piloter sa trésorerie : une obligation pour rebondir après la crise

Sur le même sujet