En ce moment En ce moment

Publié par le | Mis à jour le

Je m'abonne
  • Imprimer

D'où vient la complexité ?

Une solution globale donc, couvrant tout le processus achat, offrant une vision 360° à chaque partie prenante en fonction de ses besoins et facilement intégrable et déployable sur tous les sites et dans tous les pays est le rêve de toute organisation achats. Mais ces dernières se heurtent bien souvent à la réalité des contraintes pratiques et techniques."Dans l'entreprise, nous avons des solutions pour tout, mais pas une solution pour tout, ce qui n'est pas forcément un problème d'un point de vue achat, mais peut l'être pour l'expérience utilisateur et l'adhésion recherchée", ironise un responsable de la digitalisation d'une grande entreprise de l'industrie.

Pour tenter de répondre à cette demande, les éditeurs ont d'abord mis l'accent sur le développement de solutions Cloud / SaaS, ce qui a permis de faire coexister, voire de faire communiquer, différents systèmes d'information ou applis, internes ou externes à l'entreprise. Une fois validées les questions de sécurité des données, le Cloud a d'ailleurs été bien accueilli et fait aujourd'hui partie de la norme, la plupart des solutions étant proposées en mode SaaS, plus intéressant en termes de coûts et de TCO.

"Le SaaS est devenu banal et ne fait plus débat. Les certifications des plateformes cloud du marché, Microsoft Azure notamment, sont extrêmement solides et ne sont plus source d'inquiétude. C'est même devenu le modèle recommandé dans les cahiers des charges actuels", indique Béatrice Lamourette, cofondatrice d'Axiscope.

Avec le Cloud tout devient-il possible ? Pas si simple. "L'intégration sous SAP n'est pas si aisée. De plus lorsque vous êtes dans un environnement non intégré, cela sous-entend de maîtriser tous les outils alors que ce n'est pas votre métier," explique Pascal Fouquier, digital procurement chez Nokia. "Remplacer un historique technologique est également difficile. Pour peu que l'entreprise ait connu plusieurs rachats ou fusions, l'historique sera complexe." Car à vouloir charger les systèmes avec trop d'interfaces utilisateurs et en multipliant les reportings, on alourdit les solutions et les processus au lieu de les simplifier. On créé donc de la complexité. Ce phénomène, les entreprises, plus particulièrement les organisations achats, en ont pris conscience. "Nous avons de plus en plus de demandes sur les processus achats en eux-mêmes , souligne Gérard Dahan, CMO et senior VP EMEA de Determine.

Quelle fonctionnalité pourrait permettre d'améliorer nos processus ? Voilà une question de plus en plus fréquente. "Une prise de conscience donc de la complexité et de la spécificité des processus achats en interne. Les éditeurs ont largement amélioré leur offre technologique, cela ne fait pas de doute. Le niveau d'intégration dépend de l'environnement de l'entreprise cliente", estime Pascal Fouquier.

Pour accéder au Graal qui est d'avoir un processus métier automatisé, car c'est bien l'objectif, il faut donc d'abord faire le ménage tant au niveau du parcours des informations que de la qualité de celles-ci. Les technologies évolutives ont besoin d'une certaine volumétrie de données. Trier et qualifier les données internes et externes de l'entreprise doit être le premier chantier IT si les organisations veulent aller plus loin dans les fonctionnalités. Plus loin dans l'automatisation, plus loin dans la prédiction, bref plus loin vers l'intelligence artificielle. Mais les éditeurs en sont-ils déjà là, et les utilisateurs sont-ils vraiment prêts ?...

Lire la suite en page 3 : L'IA, mythe ou réalité ?
Je m'abonne

Camille George

Céline Tridon,<br/>rédactrice en chef Céline Tridon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque matin, l'essentiel de l'actu

Chef d'Entreprise Newsletter

Artisans Newsletter

Commerce Newsletter

Event

Event

Event