En ce moment En ce moment

Publié par le | Mis à jour le

Je m'abonne
  • Imprimer

Leadership

Chacun définit le leadership à sa manière. Pour certains, cela peut consister à fonder une entreprise qui changera le monde ; pour d'autres, à devenir un preneur de décisions dans une grande entreprise qui doit s'adapter à un monde en rapide mutation.

Certains voudront faire carrière dans la politique ou rallier les foules autour d'une cause qu'ils jugent importante. Quelle que soit votre ambition, le succès ne repose pas uniquement sur vos compétences, mais aussi sur votre état d'esprit. Si vous êtes curieux, audacieux, si vous avez soif de connaissances et hâte de faire changer les choses, je parierai davantage sur vous que sur quiconque ayant un vaste éventail de compétences, mais qui ne possède aucune vision de ce qui est possible, aucun appétit pour ce qui vient ensuite et aucune volonté de prendre des risques.

Pourquoi suis-je si optimiste concernant le rôle que joueront les enfants du numérique pour nous guider à travers les prochaines vagues de disruption ? Ils ont été programmés pour encourager le changement et oser le devancer. Si vous êtes PDG ou dirigeant d'une quelconque organisation, vous avez quatre responsabilités essentielles :

1. Définir la vision et la stratégie de l'entreprise.

2. Développer, recruter, fidéliser et remplacer l'équipe de direction afin de mettre en oeuvre cette vision et cette stratégie.

3. Créer la culture.

4. Communiquer tous les points précédents.

La façon dont vous vous acquitterez de ces responsabilités dépendra de beaucoup de choses, allant de votre activité à votre personnalité, mais il est difficile de réussir où que ce soit sans avoir le bon état d'esprit dès le départ.

Vous devez être capable de filtrer et d'évaluer les faits, les peurs, la fiction et les commentaires dont on vous bombarde quotidiennement. Lorsque vous voyez une opportunité, vous agissez vite pour anticiper la façon dont elle évoluera. L'immobilité est plus risquée que la marche avant. Si vous attendez que la tendance devienne évidente, il sera déjà trop tard.

Les dirigeants de la prochaine génération ne sont pas juste des technophiles ; ils sont courageux, curieux et assoiffés d'idées innovantes. Ils sont trop impatients pour se tenir tranquilles. J'ai discuté avec beaucoup d'adolescents au cours de ma carrière et je n'en ai jamais rencontré qui soient satisfaits du présent. Ils rêvent tous à un avenir qui n'arrive jamais assez vite à leur goût. Ils veulent faire les choses autrement que les personnes actuellement en place. Ils jouent le rôle de perturbateurs.

Les adolescents ne sont pas adeptes du changement progressif. Ils veulent mettre le monde sens dessus dessous et se l'approprier. Ils feront bouger les choses tout en réalisant une douzaine d'autres choses en même temps : leurs devoirs, envoyer des textos, manger devant leur ordinateur (même si vous leur avez demandé expressément de ne pas le faire), publier une vidéo sur YouTube, et en profiter pour partager quelque chose de drôle sur lequel ils viennent de tomber.

Chez l'adolescent, ces instincts peuvent être irraisonnés et impulsifs. Les dirigeants parviennent à canaliser cet état d'esprit dans un cadre plus structuré et cela peut être un bon indice de réussite. Si vous cherchez des signes de disruption et de changement, vous avez plus de chances de les trouver. Si vous voulez traiter de gros problèmes, vous devrez inévitablement prendre de grands risques et accepter de vous attendre à rencontrer des difficultés. L'âge n'a pas d'importance.

Lire la suite

Je m'abonne

La rédaction

Céline Tridon,<br/>rédactrice en chef Céline Tridon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque matin, l'essentiel de l'actu

Chef d'Entreprise Newsletter

Artisans Newsletter

Commerce Newsletter

Event

Event

Event